Béziers : au stand de tir, les vieux fusils sont récupérés par centaines

image Béziers : au stand de tir, les vieux fusils sont récupérés par centaines

Depuis vendredi dernier, le stand de tir de Béziers accueille une vaste opération de restitution d’armes pilotée par la préfecture et le commissariat. Sur place, la file d’attente est longue et le site ne désemplit pas. D’anciens chasseurs, pour l’essentiel, ont déjà apporté quelque 230 fusils, carabines et autres calibres. Reportage. 

Dans la cour du stand de tir biterrois, ce mardi matin, les uns et les autres s’arment de patience devant leur véhicule, sous les yeux de quelques policiers surveillant le bon déroulement d’une opération inédite. Depuis vendredi dernier, en effet, le site ne désemplit pas. Les gens viennent pour “abandonner” ou déclarer une arme et se mettre ainsi en règle. Un dispositif mis en place par la préfecture jusqu’à vendredi encore. Béziers est, avec Mauguio, l’un des deux sites héraultais choisis pour cette “restitution d’armes”. 

“Je ne l’ai pas touchée depuis 45 ans”

Casquette vissée sur la tête, Guy a fait le déplacement depuis Sauvian. Il ouvre volontiers la portière arrière de sa voiture et montre d’un signe de tête une longue carabine couchée sur la banquette, encore dans son étui de cuir : “Je ne l’ai pas touchée depuis 45 ans, c’était à mon beau-père qui était chasseur…” Alain, de Béziers, a quant à lui dans son coffre : un fusil, deux carabines, quelques cartouches emballées dans un sac en plastique, vestiges d’une époque ancienne : “Avant, on avait une propriété, on était chasseur. Puis on a habité en ville, je les avais dans un placard, on ne savait pas quoi en faire”.

C’est l’armurier qui est chargé de récupérer les armes et de les inspecter dans les locaux du stand de tir, selon un protocole sécurisé. “Depuis vendredi dernier, on en est à 227 armes, on tourne à trente personnes par jour environ”, souligne Rodolphe Sanchez, référent de l’opération pour le commissariat de Béziers. “Il y a énormément de retraités, d’anciens chasseurs, de veuves de chasseurs et une majorité d’armes de chasse ou armes de poing mais peu en état de fonctionnement. L’armurier met l’arme en sécurité, on récupère le numéro et elle est enregistrée, on rédige une fiche d’abandon et il y a une traçabilité. Toutes les armes récupérées vont être détruites, leurs matériaux recyclés, le métal fondu, le bois réutilisé”. “Si on voit une arme suspecte, de guerre, des analyses sont réalisées, mais là, on n’a pas d’arme de guerre”

“C’est une grenade offensive madame, vous imaginez ?”

Mais Rodolphe Sanchez demande soudain l’évacuation de la petite salle où les procédures administratives sont mises en œuvre. Dehors, il s’approche d’une petite dame qui venait de déposer un sac : “C’est une grenade offensive madame, vous vous imaginez ?” Jackie bredouille quelques explications, confuse : “Je viens de déménager, mon mari est décédé. Je me suis dit : je porte tout, je suis tranquille, le fusil, les cartouches, il y avait le reste. C’est la faute de mon mari, il fallait qu’il m’explique. C’était dans une de ses cantines, il était militaire de carrière, j’aurais pu sauter avec dans la voiture !” Dix minutes plus tard, la grenade était neutralisée et l’opération pouvait se poursuivre. “Je préfère que la grenade soit chez nous”, rassure Rodolphe Sanchez. 

Pierre Caïzac, le président de la Société de tir de Béziers, structure qui compte quelque 330 adhérents, observe ce ballet incessant : “C’est la première fois que ça se passe et je suis débordé, du matin au soir, par le téléphone, c’est infernal. On ne s’attendait pas à ce qu’il y ait autant de monde”, glisse-t-il. Et cela ne se s’achèvera que vendredi. 

Jusqu’à vendredi encore

Jusqu’à vendredi, il est toujours possible d’apporter des armes inutilisées au stand de tir de Béziers, situé 10 rue Martin Luther-King, zone du Capiscol ou de venir les déclarer et les enregistrer dans le système d’information sur les armes (SIA). A noter également : il est aussi possible d’effectuer les dépôts au commissariat de Béziers toute l’année.

https://www.midilibre.fr/2022/11/29/beziers-au-stand-de-tir-les-vieux-fusils-sont-recuperes-par-centaines-10835190.php

.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

S'inscrire

spot_imgspot_img

A découvrir aussi
Toute l'info à Béziers

Peintre en bâtiment intérieur – Toulouse

Iziwork recrute Peintre en bâtiment intérieur - Toulouse - Iziwork est une agence d'intérim digital qui sélectionne les meilleures missions pour les centaines de milliers de Français qu'elle a déjà séduit. Postulez en quelques minutes, gérez votre contrat en un clin d'oeil depuis notre app et bénéficiez du suivi personnalisé de votre recruteur au quotidien.

Travaux d’entretien du réseau d’eau et création de branchements d’eau pour la Communauté Alès Agglomération.

Département(s) de publication : 30
Annonce No 23-13972
I.II.III.IV.V.VI.
FNS SIMPLE AVIS DE MARCHÉ
Section I : Identification de l'acheteur
Nom complet de l'acheteur :
Alès Agglomération
Type de Numéro national d'indentification :
SIRET
N° National d'identification :
20006691800018
Ville :
Alès
Code Postal :
30100
Groupement de commandes :
Non
Département(s) de publication : 30
Section 2 : Communication
Lien vers le profil d'acheteur :
https://www.achatpublic.com/sdm/ent/gen/index.jsp
Identifiant interne de la consultation :
2023-T-RX-EAU-BCH-AA
Intégralité des documents sur le profil d'acheteur :
Oui
Utilisation de moyens de communication non communément disponibles :
Non
Nom du contact :
M. Valentin Coudene - Direction Commande Publique - Ingénierie du Bâtiment - Service Marchés...

Béziers : la cité scolaire Jean-Moulin a ouvert ses portes aux futurs lycéens

Le lycée polyvalent de Béziers était en ébullition ce samedi 4 février, de 8 h 30 à midi, pour accueillir des élèves de Troisième venus, avec leurs parents, s’informer pour l’année prochaine.

Autoroute A69 Castres-Toulouse : des militants du groupe Extinction Rébellion Toulouse occupent une maison rachetée par le concessionaire Atosca

Dès 7 heures du matin, les militants écologistes du collectif Extinction Rébellion Toulouse se sont introduits dans une maison où la société Atosca a installé ses bureaux. Présente sur le tracé de l'autoroute, elle fait partie des habitations que la société prévoit de raser.