Marchand et Ollivon au sommet, Ntamack dans le dur : les notes des Bleus

Colossal balle en mains et présent au sol, Julien Marchand fut renversant quand Charles Ollivon, auteur d’un essai et excellent en touche, fut aussi à son meilleur niveau. En revanche, le match fut incontestablement plus pénible pour Romain Ntamack…

Reda Wardi : 6/10

Wardi, c’est la bonne surprise de cette tournée ! Déjà très bon face aux Springboks samedi dernier, le pilier Rochelais a une nouvelle fois marqué des points dimanche après-midi, à Toulouse. Très présent au soutien, costaud en mêlée fermée et efficace en défense, il fut juste sanctionné d’une pénalité pour un soutien illicite, en première période. Il fut remplacé à l’heure de jeu par Dany Priso, son ancien coéquipier à La Rochelle. Mais pour sa deuxième cap, Reda Wardi a prouvé qu’il était en mesure de bosuculer la hiérarchie au poste de pilier gauche et, pourquoi pas, inquiéter Jean-Baptite Gros, le dauphin de Cyril Baille à ce poste.

Julien Marchand : 8.5/10

Quelle santé, Julien Marchand ! Il fut déjà, après avoir marqué la défense japonaise au fer rouge, à l’origine du premier essai du match aplati par Damian Penaud. Il gratta peu après un premier ballon au sol, puis un deuxième en fin de première période et n’eut de cesse de faire avancer les Bleus par des bonnes charges au près des regroupements. Le Tricolore le plus en vue de ce match, justement considéré comme le meilleur talonneur de la planète, fut remplacé en fin de match par Peato Mauvaka, qui ne démérita pas.

XV de France - Julien Marchand face au Japon.
XV de France – Julien Marchand face au Japon. Icon Sport – Icon Sport

Uini Atonio : 7/10

Ce fut, sans conteste, son meilleur match avec les Bleus depuis le début de la tournée de novembre. Très bon en mêlée fermée, un secteur de jeu où il profita derrière lui de la puissance du « grand Tao » et où il mit son vis à vis Inagaki au supplice, il se mit aussi en lumière par de bonnes charges au ras des rucks et, aussi surprenant soit-il, par une passe sur un pas qui faillit bien provoquer une contre-attaque magnifique. Il fut remplacé à la 50 ème minute par Sipili Falatea, lequel fut plutôt actif balle en mains.

Cameron Woki : 5/10

Cameron Woki retrouve, petit à petit, son meilleur niveau. Comme ce fut le cas samedi dernier à Marseille contre les Springboks, le Racingman Cameron Woki fut l’avant le plus visé en touche, où il s’empara de cinq ballons en début d’alignement. Plus actif balle en mains qu’il ne le fut lors des deux premiers matchs de la tournée d’automne, il commit néanmoins un en-avant grossier près de l’en-but japonais, en fin de première période. Mais globalement, la copie fut propre. Woki fut remplacé en fin de match par Florian Verhaeghe, qui fêta bien sa première cap, découpant par exemple l’ancien Clermontois Matsushima.

Romain Taofifenua : 4/10

Le grand « Tao » fut sur sourant alternatif à Toulouse. Sur la percée inaugurale de Kazuki Himeno au ras du regroupement, il ne fut pas assez vigilant et laissa alors la porte ouverte au flanker japonais, qui perça alors sur une bonne vingtaine de mètres. Sur l’essai de l’ailier Saito, en deuxième période, il fut également trop court pour défendre au ras et fut, peu après, sanctionné pour un soutien illicite. Malgrè tout, sa puissance en mêlée fermée permit aux Bleus d’avancer dans ce secteur de jeu et à Toulouse, le grand « Tao » prouvant ici qu’il formait avec Uini Atonio un axe droit particulièrement meurtrier. Il fut remplacé un peu avant l’heure de jeu par Bastien Chalureau, qui donna de l’énergie au paquet d’avants tricolore, balle en mains comme au souten de ses attaquants. Chalureau ? L’autre bonne surprise de cette tournée !

Anthony Jelonch : 6/10

Le Toulousain, élu homme du match lors du dernier choc de Marseille, fut un peu plus discret cette fois-ci. En première période, il se montra présent au soutien mais quelque peu maladroit balle en mains. En seconde période, il monta incontestablement en régime et découpa par exemple le flanker japonais Labuschagne, avant de marquer un bel essai, au soutien de Damian Penaud.

Charles Ollivon : 8/10

Si longtemps blessé au genou, le grand Charles est aujourd’hui de retour à son meilleur niveau ! Bien utilisé en touche, où il prit la bagatelle de quatre ballons sur ses lancers et deux sur engagement adverse, Charles Ollivon, qui fêtait samedi dernier son quinzième capitanat, fut surtout omniprésent au soutien de ses attaquants. A la 36 ème minute, il put ainsi aplatir le deuxième essai des Tricolores après avoir été servi, à l’intérieur, par son vieux pote Maxime Lucu, lui-aussi issu du club de Saint-Pée sur Nivelle, dans le Pays basque. Du grand, du bon, du bel Ollivon !

Grégory Alldritt : 6/10

Un match propre. En première période, le numéro 8 du Stade rochelais mit le feu au Stadium de Toulouse par une percée de quarante mètres qui n’aboutit malheureusement pas. Dans le second acte, il se signala une nouvelle fois par une percée sensiblement similaire. Mais il fut aussi sanctionné à l’heure de jeu pour un an-avant repris devant qui aboutit au deuxième essai des Japonais, cette fois-ci aplati par l’ailier Fifita. Il se rattrapa néanmoins sur l’essai d’Anthony Jelonch après avoir assuré le relais du coup de pied à suivre de Mathieu Jalibert et un peu plus tard en grattant un ballon important.

Maxime Lucu 5,5/10

Il a alterné le bon et le moins bon en première période dans des conditions difficiles. Une bonne inspiration dans le côté fermé après une touche cafouillée qui a conduit à l’essai de Charles Ollivon (36e) et globalement beaucoup de présence autour des zones de combat au sol. Mais il a aussi été contré sur un coup de pied derrière un ruck (5e), tapé un jeu au pied un peu trop long derrière ruck (24e) et n’a pas assuré la continuité du jeu en raison d’une mauvaise transmission qui a annihilé une longue percée de 60 mètres d’Alldritt (18e). En deuxième période, il a de nouveau raté un jeu au pied, directement en ballon mort (47e). Remplacé par Couilloud (70e)

XV de France - Maxime Lucu.
XV de France – Maxime Lucu. Icon Sport – Icon Sport

Romain Ntamack 3/10

A l’exception de son excellent jeu au pied rasant sur l’essai de Damian Penaud, il est passé à côté de sa première mi-temps. Un mauvais choix (20e) de relance dans le fermé qui a conduit à une perte de balle et une pénalité japonaise en suivant (21e), un renvoi totalement directement en ballon mort (22e) et un en-avant sur un ballon haut (32e). La suite ? Rien de bien meilleur. Pour couronner le tout, il a été touché au nez et a été remplacé par Matthieu Jalibert (57e) qui s’est montré décisif sur les essais de Penaud (62e) et sur celui de Danty, finalement refusé à la vidéo (66e).

 

Yoram Moefana 4,5/10

Dès le quart de jeu, il a basculé au centre en raison de la blessure de Gaël Fickou. Une première période discrète. Il s’est fait prendre à son intérieur par le trois-quarts centre Nakato sur le premier essai japonais (43e). En défense, il n’a d’ailleurs pas donné beaucoup de garanties : cinq plaquages dont trois ratés. Peu d’apport offensif également. Pas franchement son meilleur match en bleu.

 

Jonathan Danty 7/10

Comme souvent, il a été utilisé en premier point de fixation. Un registre dans lequel il a souvent permis de jouer dans l’avancée. Un bonne charge en début de rencontre qui a donné la tonalité de son match (12e). Il a su également parfaitement jouer ce ballon en bord de touche pour offrir à Jelonch le dernier essai français (74e). A son débit, il a été sanctionné pour un mauvais soutien offensif au sol sur Moefana.

XV de France - Jonathan Danty face au Japon.
XV de France – Jonathan Danty face au Japon. Icon Sport – Icon Sport

Gaël Fickou (Non noté)

Il est à l’origine du premier essai des Bleus grâce à une très bonne montée défensive. Las, il s’est blessé sur cette action. Il a tenté de tenir quelques minutes mais a dû céder sa place à Sekou Macalou (16e) (Note : 6,5/10). Ce dernier a plutôt bien lu les situations défensives. En attaque, il aurait sans doute pu se passer de ce jeu au pied à suivre (35e), pas vraiment efficace. Mais il a su parfaitement jouer le surnombre pour le deuxième essai de Penaud (62e), avec une jolie feinte de passe au passage et s’est appliqué en défense. Six plaquages pour 100 % de réussite.

Damian Penaud 7,5/10

Avec deux essais inscrits, il a été un acteur important de la victoire française. Il a d’ailleurs touché beaucoup de ballons durant cette rencontre. Peut-être aurait-il pu jouer avec des crampons un peu plus long car il a souvent glissé. Dommage. Mais il a été dangereux sur chacune de ses interventions. A son actif : un franchissement net, deux défenseurs battus et un “off-load”. Bref, un match dans la droite lignée de ses deux premières performances dans cette tournée.

Thomas Ramos 8/10

Il a été très bon sous les ballons hauts japonais, rassurant constamment ses partenaires. Il a également réussi à faire jouer son équipe dans l’avancée avec un franchissement net, cinq défenseurs battus et trois « off-load ». Également une très bonne relance dans le désordre autour de la 55e minute de la rencontre. Au pied, il a été très juste, à l’image de ce coup de pied rasant pour trouver une touche dans les 22 mètres japonaises. Face au perches, il n’a raté que la transformation du premier essai (8e). quinze points inscrits au total.

https://www.midi-olympique.fr/2022/11/20/marchand-et-ollivon-au-sommet-ntamack-dans-le-dur-les-notes-des-bleus-10815642.php

.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

S'inscrire

spot_imgspot_img

A découvrir aussi
Toute l'info à Béziers

Le carnaval des Animaux …

Danser... pour le vivant !Mardi 29 novembre à...

Top 14 – L’opinion du Midol : Yoan Tanga, mi-homme, mi-Alldritt

La frustration peut s’avérer le meilleur des moteurs. Encore faut-il la manier à bon escient. Sur ce point, demandez-donc conseil à Yoan Tanga. Rentré « frustré » - dixit Antoine Hastoy - de Marcoussis et d’une...

Béziers : passionnée d’art, Déborah Boissellier fait de sa vie un musée éphémère

Depuis dix ans, Déborah Boissellier dédie sa vie aux objets. Commissaire-priseur sur Béziers depuis cinq ans, la Parisienne d'origine exerce un métier aussi passionnant qu'intriguant. Immersion.

Jeux vidéo, mangas, cosplay : incontournable de la pop culture, le Toulouse Game Show attend plus de 70 000 visiteurs

Ce week-end du 26 novembre 2022 se tient l'un des événements annuels les plus attendus en France par les fans de cosplay et de manga, au parc des expositions de Toulouse. En 15 ans, le rendez-vous est passé de 10 000 à 70 000 visiteurs attendus sur deux jours.