XV de France féminin – Agathe Sochat : «Fière d’avoir une femme et un enfant»

image XV de France féminin - Agathe Sochat : «Fière d'avoir une femme et un enfant»

À peine sortie d’un Tournoi des 6 Nations finalement perdu contre l’Angleterre, la talonneuse et vice-capitaine du XV de France féminin, Agathe Sochat, a mis un temps le rugby de côté pour parler de sa vie intime et personnelle, marquée récemment par l’arrivée d’une petite Nina dont son épouse Adèle a accouché le 30 mars dernier. Simple et spontanée, la Girondine nous parle de cet heureux évènement, ainsi que du chemin qui y a mené. Elle évoque l’amour, l’homosexualité, l’acceptation de soi et des autres ainsi que le futur, partagé entre sa petite famille et son prochain objectif, la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande.

Vous nous avez donné rendez-vous à Buzet-sur-Baïse, une commune du Lot-et-Garonne située à l’ouest d’Agen alors que vous jouez à Bordeaux. Pourquoi ?
C’est ici qu’on s’est installées avec mon épouse Adèle quand nous avons décidé de quitter Montpellier. Nous avions ce projet bébé qui était en cours, sauf que personne ne le savait ! Nous avons voulu revenir ici car toute la famille d’Adèle vit ici. Cela nous permet de nous rapprocher d’eux et d’avoir un soutien qui me permet de continuer à jouer au rugby, car je suis pas mal absente. Nous venons d’acheter la maison et il y a tout à refaire. Nous partons pour environ six mois de travaux. En attendant, on vit chez les grands-parents d’Adèle.

Vous faites donc les déplacements quotidiens à Bordeaux ?
Il y a une heure de route, mais j’essaye de m’organiser : je passe deux jours pleins à Bordeaux, les mardis-mercredis par exemple, et j’y retourne le vendredi pour l’entraînement. Le reste du temps, je m’entraîne ici toute seule. Je me rends au terrain de rugby voisin, je fais mes séances de physique et j’ai ma salle de musculation également. J’ai acheté tout le matériel nécessaire.

Vous êtes devenue maman, le 30 mars dernier, en plein Tournoi des 6 Nations. Racontez-nous…
Cette nuit-là, celle du 29 au 30, j’avais du mal à dormir. C’était bizarre. Je toussais, je n’étais pas bien. Je dormais mal et j’ai eu Adèle par message vers 3 heures du matin. Elle ne dormait pas non plus. Puis elle m’a appelée deux heures plus tard pour m’annoncer qu’elle avait des contractions. Et là…

Là ?
Branle-bas de combat ! À 5 h 20, je suis debout dans la chambre à faire ma valise. J’ai réveillé ma coloc’ Céline Ferer, mais elle a été top. Elle a appelé le taxi et consulté les vols pour que je prenne le plus rapide… J’ai pris l’avion à 8 h 20 et des gens de ma famille sont venus me chercher à l’aéroport de Toulouse.

Vous avez donc quitté Marcoussis aux aurores, comment en avez-vous informé le staff ?
J’ai envoyé un texto vers 5 h 30-6 heures. Je me suis dit que je verrais bien quand ils me répondraient, mais certains l’ont fait tout de suite. On avait déjà abordé le sujet. Il était convenu que je joue l’Irlande le 2 avril et que je rejoigne ensuite mon épouse car son terme était prévu pour le 8. C’est arrivé finalement un peu plus tôt que prévu…

Comment avez-vous réagi quand Adèle vous a annoncé qu’elle avait des contractions ?
Je suis passée en mode automatique ! J’étais pressée mais aussi complètement crevée car je n’avais pas dormi, je faisais n’importe quoi. Je posais trois fois mes affaires à côté de la valise sans jamais les mettre dedans ! Céline m’a dit : « Agathe, arrête tu fais n’imp’ ! » J’ai continué comme ça jusqu’à la maternité. Une fois arrivée là-bas, ce n’était que du bonheur. On m’a raconté qu’après, Céline était surexcitée. Elle est arrivée au petit-déjeuner en hurlant à tout le monde que j’allais être maman !

Comment avez-vous choisi le prénom de la petite Nina ?
On ne connaissait pas le sexe, donc on a eu le suspens jusqu’au dernier moment. Et il se trouve que nous n’étions pas du tout d’accord sur le prénom d’un garçon. En revanche, on est tombées rapidement d’accord sur Nina, en cherchant dans des listes de prénoms.

Comment avez-vous vécu ces deux premières semaines, auprès de votre femme et de Nina ?
Très bien. C’est un changement de vie, mais j’étais très heureuse de le partager avec elles. Le staff m’a rapidement contactée après le premier match contre l’Italie, et ils ont été au top : très compréhensifs, pas culpabilisants… je n’avais pas de pression. Il fallait juste que je sois là le lundi, pour faire la semaine complète. Nous sommes revenues de la maternité le samedi soir. Comme cela faisait un peu juste, j’ai prolongé d’une semaine et je me suis entraînée ici, puis à Bordeaux mardi et mercredi pour préparer mon retour en équipe de France.

Étiez-vous partagée, au moment de laisser votre épouse et Nina pour retourner à Marcoussis ?
C’était un sentiment bizarre oui… j’étais très partagée entre le bonheur d’être auprès d’elles et l’envie de retrouver l’équipe pour aller au bout de nos ambitions. Mais bon, ce n’était que des bonnes choses. Je suis retournée en équipe de France avec le plein d’énergie et de détermination.

Vous devrez gérer un long éloignement avec la Coupe du monde, vous en avez parlé ?
Bien sûr. L’idée serait qu’elles viennent pour raccourcir cette séparation mais on attend les décisions gouvernementales, surtout du côté de la Nouvelle-Zélande qui pratique une politique très stricte face au Covid.

Est-ce que cette maternité, même récente, a déjà changé votre façon d’aborder ou de vivre les matchs ? En vous disant par exemple qu’il y a bien plus grave que de perdre une rencontre par exemple ?
Disons que cela me raccroche encore plus à la réalité. Forcément, j’étais hyper déçue de cette défaite contre l’Angleterre. On ressasse, on ne passe pas de bonnes nuits après une défaite comme celle-là. On est en boucle sur le match. Mais c’est vrai que je me suis dit que si tout devait s’arrêter sur un choix du staff, une blessure ou un choix de ma part, j’aurais des choses qui m’attendent.

Avez-vous été étonnée de la volonté de la FFR de communiquer sur le fait que vous alliez devenir mère ?
On en a parlé avec le staff et la comm’ en amont. Mais pas si longtemps que ça avant, au final ! Je crois que c’était la veille ou l’avant-veille. Ils m’ont demandé s’ils pouvaient le faire. On a réfléchi avec mon épouse et on a trouvé que c’était une opportunité de montrer qu’on peut être sportive de haut niveau et maman. Je n’ai pas porté Nina, donc cela ne vaut pas comme un arrêt dans ma carrière. Mais j’ai apprécié le fait que la Fédération me le propose.

C’est un symbole fort ?
Je pense, car je ne suis pas sûre que cela aurait été le cas il y a quelques années. Cela montre aussi le soutien de la Fédé dans cet évènement. Vous savez, ce n’est pas toujours facile d’être homosexuelle dans le sport. Dans le rugby féminin, on a toujours le cliché qui veut qu’on soit toutes lesbiennes. Donc je me suis interrogée : est-ce que je le dis et j’alimente ce cliché, ou est-ce que je ne le dis pas ? Je me suis dit que c’était la vie, quoi. Je n’allais pas me cacher.
C’est aussi le signe que la société évolue…
Je le pense, oui. Car encore une fois, je ne suis pas sûre que cela aurait été fait il y a quelques années. Et puis cela a été fait avec bienveillance, sans arrière-pensée ni grand message derrière… ce n’était pas du marketing, juste de la bienveillance.

Quels retours en avez-vous eus ?
J’ai eu beaucoup de retours positifs. On en a rigolé à la maternité, d’ailleurs.En allant sur les réseaux sociaux pour voir le post, on a vu qu’il y avait un nombre incalculable de commentaires en dessous. Je n’ai pas tout regardé mais ils étaient très bienveillants. J’imagine qu’il y a eu des critiques mais je n’y fais pas attention.

Vous n’avez que 26 ans, on imagine que ce désir maternel était fort ?
On avait vraiment envie de fonder notre famille, et je voulais continuer ma carrière. Et cela prend beaucoup de temps au quotidien. C’était un vrai désir. Je n’identifie pas de moment où j’ai commencé à en avoir envie, mais cela fait à peu près quatre ans et demi qu’on est ensemble avec Adèle. Dès le début, on a eu des projets rapidement. Et petit à petit, les choses ont avancé…

Comment et quand avez-vous pris votre décision ?
On s’interrogeait beaucoup : c’est le moment ou pas ? Après, on se disait qu’il valait mieux attendre car il y avait la Coupe du monde et sa longue période de préparation. Mais entre-temps, il y a eu le Covid. Et le Mondial a été reporté d’un an. Entre mars 2020 et mars 2021, tout ce que l’on avait projeté de faire était reporté. Et l’on ne savait pas à quand. Donc au bout d’un moment, on a décidé d’y aller. Parce qu’on ne savait pas de quoi l’avenir allait être fait. Et on assumerait, même si ce ne serait pas facile.

Comment avez-vous rencontré votre épouse ?
Ici, à Buzet, « the place to be ! » (rires) à un concert avec sangria gratuite ! Je plaisante… On s’était rencontrées ici mais on s’est revues à Montpellier quand j’y jouais. Adèle jouait aussi, au centre, même si c’est une avant dans l’âme ! (rires) Et après elle est devenue kiné au club.

Vous avez donc une passion en commun, le rugby…
C’est très agréable d’avoir quelqu’un qui comprend. Le sport de haut niveau prend tellement de place, de temps et l’esprit que vivre avec quelqu’un qui ne comprend pas pourrait être très délicat. C’est plaisant de le partager au quotidien aussi, de regarder les matchs ensemble. C’est chouette.

Quand vous êtes-vous mariées ?
Le 26 décembre 2020. On l’a fait en deux fois : d’abord en comité très restreint à cause de la crise sanitaire, et un autre l’été dernier pour faire une grande fête.

Qui a demandé qui en mariage ?
(Elle hésite) On va dire que c’est Adèle ! Elle m’a offert une bague et ensuite c’est moi qui l’ai demandée en mariage. C’était donnant-donnant. Chacune a fait un pas vers l’autre.

Comment avez-vous lancé le processus de Procréation Médicalement Assistée (PMA) ?
Nous l’avons fait en février ou mars 2021. On a contacté une clinique en Espagne, sur les conseils de connaissances. Après, il a fallu passer pas mal d’examens, avant de passer à l’insémination. Et même si nous l’avons faite avant qu’elle soit légalisée en France, il y a eu un rattrapage de la loi qui fait que cela rentre dans la grande loi sur la PMA. C’est un peu fastidieux parce qu’il faut faire pas mal d’examens, mais c’est normal car c’est un acte chirurgical. Administrativement, ce n’est pas si lourd que cela.

La PMA a été légalisée en France il y a six mois, qu’en pensez-vous ?
C’est une belle avancée sociétale. On se dit que les démarches vont être moins compliquées : par exemple, je n’aurai pas à l’adopter pour la reconnaître. Attention, ce n’est pas simple car on est quand même en France et ici on adore l’administration, mais c’est possible. Jusqu’à il y a quelques mois, un gynécologue français n’avait légalement pas le droit de donner des conseils à un couple de femmes. Il le faisait quand même, mais la situation était débile. Il fallait que la France rattrape son retard sur la question, c’est l’un des derniers pays européens où la PMA n’était pas légalisée.

Vous êtes habituellement réservée sur votre vie privée. On a choisi de vous donner la parole, mais pourquoi l’avez-vous prise ?
Pour plusieurs raisons : déjà, parce que je suis partie de l’équipe de France en plein Tournoi des 6 Nations. Alors bien sûr, le rugby féminin n’est pas suffisamment médiatisé pour que l’absence d’une fille interroge les gens. J’aurais pu partir sans que cela se sache. Mais il était important pour moi de le dire, car je suis fière d’avoir tout cela : une femme, et un enfant. Je trouve que c’est important de montrer qu’on peut le faire. Et puis aujourd’hui c’est légal en France, alors ne nous cachons pas.

Vous assumez votre homosexualité, mais on a le sentiment que c’est beaucoup plus délicat de le faire chez les hommes. Voulez-vous libérer leur parole ?
Je n’ai pas la prétention de le faire. Chez les garçons, c’est plus difficile. Comme je le disais, le cliché sur les lesbiennes qui jouent au rugby est tenace, même s’il a tendance à disparaître. Je rentre donc encore plus dans ce cliché. Mais chez les filles, c’est plus assumé. Et j’ai le sentiment que c’est plus accepté dans la société, cela suscite moins de réactions violentes. On voit souvent des garçons homos se faire taper dans la rue. Chez les filles ça existe aussi mais c’est moins fréquent. Et puis chez les mecs le sujet est hyper tabou. Leurs problématiques sont vraiment différentes et malheureusement, il n’y a que les garçons qui pourront libérer leur propre parole. Car je n’ai pas l’impression que le monde du rugby soit homophobe… après, il y a forcément des dérives, dans les tribunes ou sur les réseaux sociaux. Ça, c’est plus compliqué.

Parlez-vous librement d’homosexualité entre filles ?
Oui. Mais il y a aussi une tolérance qui dépasse la sexualité. Certaines sont très pudiques sur leur vie personnelle. Même en équipe de France, il y en a certaines dont on ne sait rien et ce n’est pas grave. On ne va pas les juger ou les mettre à mal parce qu’on veut savoir.

Qu’aviez-vous pensé du coming-out du pilier rouennais Jérémy Clamy-Eydroux ?
J’ai trouvé ça extra. En plus il est drôle, il dégage beaucoup de simplicité, de spontanéité. Il est lui-même. Il n’y en a pas eu beaucoup chez les hommes. Donc je trouve ça chouette, et surtout pour lui car il peut enfin assumer d’être homosexuel et de jouer au rugby.

Il avait une grande peur de la réaction de son père. Est-ce que cela vous a rappelé des souvenirs personnels, quand vous l’avez annoncé à vos parents ?
Bien sûr… Ça fait hyper peur, alors que mes parents ont toujours été très bienveillants, et que mon père me lançait des perches ! Il attendait que je lui dise, il voulait me mettre à l’aise. Mais même avec ça, j’étais terrifiée de sa réaction alors qu’il n’y avait pas de raison. Mais ils ne voulaient pas que je me prive de leur dire.

Vous avez un frère et deux sœurs, leur avez-vous annoncé en premier ?
Oui, à ma sœur aînée. Cela commençait à être lourd. Je ne voulais pas mentir. J’avais 19-20 ans. Elle l’a hyper bien accepté, tout comme mes autres frères et sœurs. Même au niveau de mes amis, cela a été très bien accepté.

Et cela a toujours été le cas ?
Les autres, je m’en fous. Après, c’est facile à dire car je n’y ai été que très peu confrontée dans ma vie personnelle. On ne m’a jamais insultée dans la rue. À travers un écran, oui. Et encore, très peu. Mais cela ne m’atteint pas. Beaucoup, beaucoup moins qu’une critique rugbystique par exemple. Je sais, c’est complètement con ! Parce que ma sexualité, c’est quelque chose d’assumée, c’est moi. L’annonce de la naissance de ma fille n’était pas un coming-out, même si j’ai reçu des messages en ce sens. Je l’avais fait bien avant, avec mes parents.

Le rugby serait finalement un bon endroit pour évoquer ce sujet de l’homosexualité ?
Je trouve que le rugby est tolérant, oui. Encore une fois, je n’ai jamais été confrontée aux insultes alors que c’est mon monde et que je ne fais que ça. Tous les gens que j’ai croisés dans ma vie, y compris les garçons dans mon ancien club de Limoges sont ouverts d’esprit. Le rugby est fait pour tout le monde : indépendamment du physique, des origines ou de la sexualité.

Vous avez validé un diplôme d’ergothérapeute. En quoi cela consiste ?
C’est un métier paramédical qui aide les gens à redevenir le plus autonomes possible. C’est très large : on peut travailler avec des gens handicapés de naissance, des victimes d’AVC, ou des gens qui vieillissent. Après un AVC, un kiné va aider le patient à remarcher ou à bouger son bras, nous on va lui réapprendre à tenir un stylo, à écrire, à manger, à se laver, etc. On peut aussi mettre en place des aides techniques avec matériel, ou faire des orthèses. Il faut avoir des idées, et s’adapter en permanence car les patients ont des besoins très différents.

En tant que soignante pendant la pandémie, vous aviez fait la Une de Midi Olympique, vous en souvenez-vous ?
Oui, très bien ! Je travaillais au CHU de Montpellier. On était en plein Tournoi des 6 Nations puis, d’un jour à l’autre, on apprend que tout s’arrête. Match annulé en Écosse, et fin du Tournoi avant même qu’on joue l’Irlande. Je suis rentrée à Montpellier un jeudi, et j’avais pas mal d’heures à rattraper à l’hôpital. Au début, ma cheffe n’était pas trop alarmée. Mais le lundi d’après, on était confinés. Mon service de rééducation fonctionnelle a été fermé. On continuait à travailler, mais il n’y avait pas grand-chose à faire. Puis on a été rapidement sollicité car l’hôpital a monté un service de rééducation post-réanimation. La « réa » peut faire de lourds dégâts quand ça dure, après des comas d’un voire deux mois. Je me suis portée volontaire pour intégrer ce service. J’ai aussi fabriqué des coussins spéciaux.

Spéciaux ?
Oui, des coussins destinés aux malades du Covid que l’on allongeait sur le ventre pour les aider à respirer avec ces coussins placés sous le ventre. L’air va plus au bout des poumons grâce à la pression exercée par ces coussins.

Comment avez-vous vécu le Covid en tant que soignante ?
Les codes ont été bouleversés. J’ai vécu ça comme un challenge. C’était rude de voir les gens aussi malades. Et puis le retour à la vraie vie a été délicat aussi : les gens ne comprenaient pas pourquoi on fermait les bars, etc. mais ils n’avaient pas vu la détresse des malades dans les services de réanimation. Après, j’ai eu la chance de ne pas travailler dans un hôpital en crise : nous n’avons jamais manqué de quoi que ce soit, même si on a eu recours quelques jours au système D. Ailleurs, c’était beaucoup plus difficile. Mais comment aurait-on pu prévoir autant de stocks de masque ? La simple visite d’un patient positif dans sa chambre demandait de changer de masque, de mettre blouse, sur-blouse, gants, sur-gants, charlotte, sur-charlotte, lunettes… et dès qu’on sortait de la chambre, il fallait tout jeter pour le remettre avant d’entrer dans la chambre voisine. C’était fou. Il fallait tout anticiper pour jeter le moins possible.

Comment avez-vous commencé le rugby ?
J’ai débuté à 4 ans, je ne pouvais pas commencer plus tôt ! J’étais toute petite en plus… Mon père a joué au rugby à Limoges et mon grand frère, qui a deux ans de plus a voulu commencer le rugby à 6 ans. Et je l’ai suivi. J’ai eu envie d’essayer, et je n’ai jamais arrêté. J’ai même des souvenirs de cette époque, je me revois encore apprendre à faire des passes en tombant…

Vous faisiez déjà des offloads ?
Oui mais je ne peux plus les faire maintenant, je suis trop petite ! Je me fais plaquer en haut… Je n’ai jamais arrêté, même si j’ai fait des tas d’autres sports comme le judo, du roller, du hockey sur glace, du basket, du hand et beaucoup de tennis. Je suis allée jusqu’à m’entraîner cinq fois par semaine en tennis, et trois en rugby entre 12 et 17 ans.

Comment avez-vous choisi ?
Mes parents m’ont dit qu’il le fallait. J’étais compétitrice, et je voulais réussir. Mais j’avais commencé le tennis trop tard. Et puis je ne voulais pas arrêter le rugby. J’aimais trop l’ambiance, et j’en avais marre d’être seule sur le court.

En tant que petite fille, vous avez toujours été bien accueillie dans le rugby ?
Toujours. Mes coéquipiers ne me faisaient pas de cadeau. Ils me plaquaient, ils ne ralentissaient pas leurs courses. Quand certains adversaires le faisaient, cela me mettait hors de moi…

À ce point ?
Je ne supportais pas ça. Je n’avais que 7 ou 8 ans mais ça me rendait dingue. Du coup quand je les voyais ralentir je montais encore plus vite sur eux, et je leur collais un timbre. Au moins, ils ne le refaisaient pas après. Ça me vexait. Un jour, j’ai un entraîneur qui m’a dit que je ne pouvais pas jouer en équipe première parce que j’étais une fille. À 8 ans. Ça m’a rendu folle, je lui ai mis une claque ! Pour moi ce n’était pas une raison. Si j’avais été nulle ou moins bonne, pas de problème. Mais là… J’étais une crevette. Je n’étais pas grande, pas épaisse, mais j’en voulais. J’adorais plaquer. C’était dans mes gènes. J’ai d’ailleurs arrêté le hand parce que je faisais trop de fautes au contact…

Avez-vous le sentiment que le regard sur le rugby féminin a évolué ces dernières années ?
Bien sûr, quand je vois déjà comment le mien a évolué…

Comment ça ?
Je ne voulais pas entendre parler de rugby féminin quand j’avais 15 ans.

Pourquoi ?
Parce qu’à cet âge-là j’ai dû passer avec les filles. Je ne pouvais plus jouer contre les garçons. J’avais l’impression d’être rétrogradée, de régresser. Il faut dire que les cadettes de l’époque, ce n’était pas ce que c’est aujourd’hui, le niveau était nettement inférieur. On n’était pas assez pour jouer à quinze, on passait d’un ballon taille 5 à un taille 4… j’ai même failli arrêter. Mais je me suis quand même accrochée parce qu’il n’y avait pas que le sportif : il y avait l’ambiance par exemple. Et puis avec le recul, je me dis qu’il était temps que j’arrête de m’entraîner avec les gars : à 15 ans, on commence à avoir une vraie différence de force entre les garçons et les filles.

Aujourd’hui, vous ressentez l’engouement autour du XV de France Féminin ?
Je crois qu’on n’en a pas forcément conscience. On en parle entre nous, avec le staff, mais on ne réalise pas vraiment. Surtout quand on croise des gens qui n’osent pas nous demander une photo. Là, on se dit qu’il y a un truc… Moi, je ne suis pas très médiatisée donc cela ne m’arrive pas souvent. Mais c’est différent avec des filles comme Safi (N’Diaye, N.D.L.R.), les sœurs Ménager ou Marjorie (Mayans, N.D.L.R.) qui sont des images, des icônes du rugby féminin en France. Personnellement, je le vois quand je vais m’entraîner avec les garçons du club du coin, qui jouent en Promotion Honneur, à Villefranche-du-Queyran. L’autre jour, des bénévoles m’ont demandé une photo avec eux et cela m’a un peu surprise.

Comment se passent vos entraînements avec les garçons en Promotion Honneur ?
J’évite de faire des contacts parce que si je me blesse comme ça, ça risque de couiner un peu ! Je m’y rends quand les entraînements à Bordeaux sont annulés. Ça me fait faire du rugby plutôt que de courir toute seule, je préfère.

À quel niveau masculin une joueuse du XV de France pourrait jouer ?
C’est très difficile à dire. En termes de technique, n’importe quelle internationale mettrait à l’amende un joueur de PH, voire bien bien au-dessus. Le problème, c’est le physique et surtout la vitesse. Quand on fait un atelier technique de passes rapides avec des accélérations, je suis en survitesse au niveau des jambes alors qu’ils ne sont pas à fond. En revanche, je suis encore très à l’aise au niveau des mains alors qu’ils ne le sont plus. Il y a une grande différence entre la technique et le physique. En équipe de France, Caroline Drouin (la demie d’ouverture, N.D.L.R.) s’entraîne tous les midis avec les garçons de l’équipe de Rennes, qui évolue en Fédérale 1. Sans contact bien sûr, mais avec le même pressing défensif pour prendre les décisions aussi rapidement. Elle nous racontait que la grande différence avec les garçons était la capacité à changer d’intervalle au tout dernier moment, quand on joue le duel. Nous, on est plus lentes sur les jambes.

Quel bilan dressez-vous du Tournoi ?
Le bilan comptable est plutôt bon. On gagne quatre matchs sur cinq, on fait 24-12 contre les Anglaises qui n’est pas non plus la branlée de l’année… Après, sur le plan rugbystique on est encore loin d’être au top de nos performances. On peut proposer un meilleur jeu, être stratégiquement meilleures.

On dit que vous manquez de dimension physique face à elles, devez-vous prendre 15 kilos chacune ?
Ce serait l’erreur à ne pas faire. On est moins costaudes qu’elles, mais après avoir analysé le match on n’a pas subi les collisions dans le jeu courant. On en a même gagné plus qu’elles. Ce ne sont que des stats bien sûr… Mais si on prend quinze barres chacune, on va dire que les joueuses de l’équipe de France sont des grosses vaches qui ne se déplacent pas !

Il reste cinq mois pour combler le retard avant la Coupe du monde…
On ne peut pas dire qu’on n’a pas de retard quand on voit que l’Angleterre remporte les quatre derniers Tournois. L’écart est encore plus visible parce que l’on joue souvent l’Angleterre. Et c’est très bien, parce que les deux équipes en ont besoin. Je suis sûre qu’on n’est pas loin. Sûre qu’on peut les battre. On est capables de faire des choses que nous seules pouvons réaliser. Comme l’essai en contre de Chloé Jacquet au pays de Galles, après un mauvais jeu au pied de la neuf adverse.

Comment appréhendez-vous cette Coupe du monde qui arrive ?
J’espère déjà y être ! Et après j’espère qu’on mettra tout ça à profit pour faire comme ce que font les Anglaises toute l’année. Ça me fait chier de me comparer à elles, mais aujourd’hui elles sont numéro un mondiales. Ce serait hypocrite de dire qu’on ne veut pas les copier.

Que gardez-vous des deux larges victoires contre les Néo-Zélandaises ?
Je pense qu’on n’a pas joué la Nouvelle-Zélande telle qu’on la connaît. Cela faisait deux ans qu’elles n’avaient pas joué à cause du Covid… Elles faisaient une tournée de reconquête, pour se remettre au niveau mondial. Ce n’est pas pour rien qu’elles ont voulu jouer contre la France et l’Angleterre… Et là elles travaillent fort pour se racheter. Elles ont recruté Wayne Smith et Graham Henry dans le staff, ça annonce la couleur. Surtout que deux semaines après ces défaites, la fédération néo-zélandaise a annoncé la signature de trente contrats pros. Ces défaites ont été un véritable électrochoc pour elles. Si on croit qu’on va rencontrer la même équipe qu’en novembre, on se trompe sur toute la ligne.

L’entretien – Le making of

Deux jours à peine être revenue de Bayonne où elle a disputé la finale du Tournoi des 6 Nations, Agathe Sochat nous à reçu mardi 3 mai au matin à Buzet-sur-Baïse, le petit village du Lot-et-Garonne où elle a décidé de s’installer avec son épouse Adèle et la petite Nina. À notre arrivée, on entre dans une belle et grande bâtisse en pierres à laquelle on accède par une allée entourée d’arbres. En exagérant à peine, on se croirait dans un téléfilm britannique. Agathe Sochat est déjà là, avec son habituel sourire aux lèvres. En passant devant elle en voiture, on lui lance un « Hé beh ! C’est classe ! » auquel elle rétorque : « Oui mais ne te leurre pas, ce n’est pas chez nous ! » Pour les besoins de l’interview, Agathe nous a donné rendez-vous dans la demeure de son beau-frère. Une fois entrés, elle nous indique la fenêtre : « Nous, on est en train de construire là-bas, de l’autre côté de la route » en pointant un toit recouvert pour le moment d’une immense bâche. Profitant de ce court repos après le Tournoi et quelques jours avant un match important d’élite 1 contre Blagnac qui déterminera la suite des phases finales, Agathe Sochat nous a consacré plus d’une heure, autour d’un café préparé par ses soins, pour répondre à toutes nos questions. En toute simplicité, et en toute franchise. Comme à son habitude.

https://www.midi-olympique.fr/2022/05/17/xv-de-france-feminin-agathe-sochat-fiere-davoir-une-femme-et-un-enfant-10300336.php

.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

S'inscrire

spot_imgspot_img

A découvrir aussi
Toute l'info à Béziers

LA TALVERA

Cet article est paru en premier sur Youtube Mairie de Béziers

LE PETIT NICOLAS

Chargé.e de communication en alternance (h/f) – Montpellier

MyDigitalSchool recrute Chargé.e de communication en alternance (h/f) - Montpellier - MyDigitalSchool Montpellier, école du web et du multimédia, recrute pour le compte d’un de ses partenaires, un.e Chargé.e de communication (H/F) Vous serez élève au sein de notre école et suivrez en même temps un Bachelor Digital  durant 12 mois au sein de notre école afin de développer vos compétences en communication, en création de contenu et d’analyse. L’entreprise : L’entreprise est un centre de formation professionnelle. Leur offre de formations professionnalisantes permet de monter en compétences et nourrir sa « boite à outils professionnelle ».   Tu souhaites rejoindre une équipe dynamique avec plein de projets à concrétiser ? Avoir la possibilité de laisser ta créativité s'exprimer ? Tu maitrises les réseaux sociaux de A à Z? Tu as une expertise dans la gestion des sites web ? Alors viens ! Vous serez chargé.e de mettre en œuvre et de cocréer la stratégie globale de communication, d’être force de proposition pour la conception et réalisation du calendrier éditorial, de gérer le suivi statistique, de mesurer l'impact de la communication et de proposer si besoin des actions d'ajustement.

Opinion du Midol : Tom Staniforth, Ô mon capitaine !

Tom Staniforth, le colossal deuxième ligne du CO, débarqué dans le Tarn à l’orée de la saison 2021-2022, n’en finit plus de prendre du galon dans le Tarn.