Grève du 17 mars : “Je suis ric-rac de plus en plus tôt dans le mois”

Augmentez les salaires, pas la misère” : c’est derrière cette banderole de la CGT qu’on défilé 600 manifestants, ce jeudi 17 mars 2022, à Montpellier. Ils répondaient à l’appel d’une intersyndicale (notamment CGT, FSU, Solidaires, Unsa, SNES-FSU et plusieurs organisations lycéennes) pour réclamer une hausse des salaires et des retraites, sur fond de guerre en Ukraine et de campagne présidentielle.

Fonctionnaires et étudiants dans le cortège

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d’intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le cortège comptait des fonctionnaires (professeurs, agents de la fonction publique, soignants) et des étudiants, comme Typhaine, en master théâtre à l’Université Paul-Valéry. “Je travaille à côté de mes études comme surveillante, explique la jeune femme de 22 ans, et je sens que je suis ric-rac de plus en plus tôt dans le mois. En un an, le prix des produits ‘normaux’, comme les pâtes ou les yaourts, ont augmenté. C’est pareil sur mes factures de gaz et d’électricité.

Si les candidats veulent dégeler le point d’indice des fonctionnaires pour nous augmenter de 5 ou 10 euros, c’est ridicule – Dominique, fonctionnaire en poste à l’Université et militante pour la CGT

Les dépenses voiture pèsent de plus en plus lourd dans le budget de Jordan. Il est jeune professeur et est appelé, à droite à gauche dans l’Académie, pour des remplacements. “On fait beaucoup de kilomètres, explique-t-il. L’Education Nationale nous rembourse mais avec la montée du prix de l’essence, ça devient compliqué pour beaucoup de professeurs.

Dominique, fonctionnaire à l’Université, est venue en pensant aussi à la présidentielle. “Certains candidats parlent de dégeler le point d’indice, note-elle. Mais si c’est pour nous augmenter de 5 ou 10 euros par mois, comme sur les quarante dernières années, c’est complètement ridicule.

Le pouvoir d’achat était à l’origine du mouvement des gilets jaunes. Et ce n’est pas fini. Il y a toujours de la braise sous les cendres – Dominique, fonctionnaire en poste à l’Université et militante pour la CGT

Mobilisation du 17 mars 2022 à Montpellier © Radio FranceClara GUICHON
Mobilisation du 17 mars 2022 à Montpellier © Radio FranceClara GUICHON

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

S'inscrire

spot_imgspot_img

A découvrir aussi
Toute l'info à Béziers

Café-avenir 23/01/2019

Par Sophie de Velder. Ce sont les Lumières qui vont faire naître la question de l'avenir, un avenir défini en tant que distinct du passé en inventant le concept merveilleux de progrès. Que s'est-il donc passé ces dernières années pour que notre confiance en l'avenir ait été remplacée par le sentiment d'une énorme catastrophe à…

Rouen

Cet article est paru en premier sur Youtube Rugby Club Béziers

EXTRAIT CONCERT SANDWICH 2

Cet article est paru en premier sur Youtube Mairie de Béziers

Des trains au nord des Causses la semaine de la

Un vendredi après-midi sur le nord de la ligne des Causses entre Lozère et Cantal, la semaine de la réouverture. Allumez les sous-titres pour voir le détail de chaque train et les lieux de tournage. Visitez notre site: https://www.rf31productions.com Vous voulez nous soutenir? Procurez vous un objet chic ici: https://teespring.com/fr/stores/rf31-productions Suivez nous sur Instagram: https://www.instagram.com/rf31_productions/…