Top 14 – “Il y a eu un putsch, on s’est fait pirater” : Vincent Etcheto se lâche et revient sur les tensions à Montpellier

Tout comme Patrice Collazo et Christian Labit, Vincent Etcheto n’entraînera plus le MHR la saison prochaine. Pour nous, il évoque le « putsch » dont il dit avoir été victime et revient sur six mois mouvementés, desquels il ne gardera visiblement pas un souvenir impérissable.

Vous avez fait des choix forts sur ce dernier access match, notamment la mise hors du groupe d’Arthur Vincent, l’enfant du club. Comment l’expliquez-vous ?

Arthur Vincent est un mec bien. C’est un chouette gamin, avec lequel j’ai passé pas mal de temps sur des vidéos, des ateliers spécifiques… Pour moi, il n’a pourtant pas encore retrouvé sa tonicité physique. Il n’est pas encore à 100 % et je voulais voir Ben Lam sur l’aile parce qu’il avait été très bon contre le Lou quelque temps plus tôt et qu’avec son physique, je savais qu’il était capable de débloquer des situations. Et puis au centre, Auguste Cadot, qui arrive du BOPB, a été performant chaque fois qu’il a eu sa chance : c’est un puncheur, un gamin qui défend fort et qui est en pleine possession de ses moyens. Qu’aurais-je pu faire ? Mettre Arthur Vincent à la place de Serfontein, qui est indispensable ? Ou bien à la place de Doumayrou, qui jouait le dernier match de sa carrière contre Grenoble ? Avec Patrice Collazo, on a toujours essayé de mettre l’équipe la plus compétitive possible et les faits nous ont donné raison. On laisse les Cistes se plaindre.

Ce lundi soir, chez nos confrères de Sud Radio, Patrice Collazo estimait avoir « rempli la mission » en maintenant le MHR en Top 14. Êtes-vous d’accord ?

PLUS INFO  Top 14 - Toulouse : Dupont, Jelonch, Ramos... La plupart des internationaux français de retour à l'entraînement

Oui. On s’est appelé hier avec Patrice (Collazo) et c’est ce qu’on s’est dit. On était missionné pour un challenge qu’on a relevé, in fine. Moi, j’avais un contrat court, de six mois. Lui, je pense qu’il avait encore une année derrière mais on connaissait tous les deux la stabilité de ce club au niveau des staffs. […] En clair, on a fait le boulot. Ce fut laborieux et l’issue se fait aujourd’hui au forceps mais c’est bien que Montpellier reste en Top 14.

Cela fut-il à ce point compliqué ?

Oui. Je ne pense pas que mes convictions et mes valeurs étaient faites pour ce club-là. Déjà, le MHR est très dur à cerner ; et le groupe n’était ni serein, ni homogène. […] Dans l’ADN de ce club, se faire des passes n’est pas la priorité. Lors de la première réunion que j’ai faite avec les trois-quarts, je leur ai proposé de se faire plus de passes, de tenir plus le ballon, d’arrêter avec ce jeu de dépossession perpétuel. J’ai l’impression d’avoir parlé chinois, ce jour-là. Je me suis heurté à l’argument bidon qu’on leur avait asséné des mois durant : « On n’a pas le niveau pour ce rugby-là… On n’a pas les joueurs pour ça… » En privé, certains mecs venaient me dire : « Moi ça me plaît ce que tu proposes, Vincent. Mais les autres ne sont pas bons, tu comprends… » Ce groupe n’était pas très sain mais de mon côté, je n’ai non plus jamais su les convaincre. Ça, c’est ma faute.

Et le staff, alors ?

On nous voyait comme les quatre fantastiques avec Bernard (Laporte), Christian (Labit) et Patrice (Collazo). On a cristallisé beaucoup de choses. Avant d’arriver là, on ne se connaissait pas mais ce staff recomposé, c’est ce qui a finalement le mieux fonctionné cette saison. […] Il y a quelques années, Patrice avait pourtant refusé de travailler avec moi à Toulon parce qu’il me trouvait trop dilettante. Hier, il m’a dit au téléphone : « Je me suis trompé sur ton compte et j’ai adoré bosser avec toi ». Je lui ai dit que le plaisir avait été partagé. […] Bernard Laporte, je l’ai découvert : il a toujours été très positif avec nous. Christian Labit, je l’adore aussi. En clair, on arrivait le matin au bureau de bonne humeur.

PLUS INFO  En direct. Oyonnax - Racing 92 : suivez le match de la 21ème journée du Top 14

Et puis ?

Et puis, il y a un putsch. C’était il y a un mois. Les anciens du club, qui ne jouaient plus, voulaient recroquer la pomme. Voilà… On s’est fait pirater mais ce n’est pas très grave. (Il marque une pause) Ça leur aurait fait du bien, pourtant, de commencer leur carrière d’entraîneur en Pro D2 mais ils la débuteront plus haut parce qu’on a tout fait pour laisser le MHR à flots. J’espère qu’ils feront mieux que nous ces prochains mois : parce que moins bien, cela signifierait qu’ils descendent en Pro D2 l’an prochain.

Mais de qui parlez-vous, au juste ? De joueurs en activité ?

Ce sont des gens qui sont à l’intérieur du club. On peut les citer : il y a les Paillaugue, Caudullo, Ouedraogo et Picamoles, un peu plus loin. Ils ont été élevés au biberon Altrad et ont envie de continuer à téter. […] Je n’ai pas d’atome crochu avec ces gens-là parce qu’ils n’ont rien fait pour qu’on en ait. Je leur laisse, leur club. […] Le bilan, il est positif comptablement mais humainement, il est donc très faible.

Avez-vous été consulté sur le recrutement de Stuart Hogg, l’arrière écossais qui avait arrêté sa carrière internationale à 31 ans ?

Non, mais ça ne me choque pas. Billy Vunipola et Stuart Hogg, ce sont des gros coups qu’a faits Bernard Laporte et je ne m’y serais probablement pas opposé, si j’avais été consulté. Hogg, c’est quand même une grosse opportunité. Il y a quelques années, quand j’entraînais Bordeaux et bien avant que Stuart ne se révèle, j’avais d’ailleurs dit à Laurent Marti (le président de l’UBB, N.D.L.R.) que c’était un joueur que j’adorais. Et puis, Montpellier est un peu le club de la rédemption… […] Moi, j’ai simplement poussé pour la venue de Nicolas Martins (troisième ligne) que j’avais eu à Angoulême et que j’avais trouvé très bon, ainsi que pour celles de Madosh Tambwe, qui a débloqué le dernier quart-de-finale de Top 14, et de Maël Moustin (ailier de l’UBB, N.D.L.R.), un très gros potentiel. Ce sont des joueurs de ballons.

PLUS INFO  Finale Top 14 - Une course pour la gloire : comment Romain Ntamack a fait céder le verrou rochelais

Comment voyez-vous votre avenir, désormais ?

Ça fait trois semaines que je vide la maison dans laquelle j’étais. Patrice (Collazo) y croyait un peu mais moi, je l’avais anticipé, ce départ. Pour tout vous dire, je n’étais pas euphorique à l’idée de rester là, quoi. Malgré tout, je m’aperçois que je suis encore capable de bosser en Top 14 et que je ne suis pas largué. Jusque-là, j’avais travaillé avec Pierre Berbizier et Raphaël Ibanez. Désormais, je connais Patrice Collazo et Bernard Laporte, deux autres grands managers. J’ai appris, oui.

https://www.rugbyrama.fr/2024/06/18/top-14-il-y-a-eu-un-putsch-on-sest-fait-pirater-vincent-etcheto-se-lache-et-revient-sur-les-tensions-a-montpellier-12024168.php

.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

S'inscrire

spot_imgspot_img

A découvrir aussi
Toute l'info à Béziers

Perturbations en raison du Tour de France

le 16 juillet 2024 de 10h00 à 16h00

Champions Cup – Toulouse ira au Sharks, La Rochelle recevra le Leinster… Le calendrier complet de la Champions Cup 2024/2025

La première journée de Champions Cup débutera le 6 décembre prochain avec Bath – La Rochelle. Au cours de l’exercice 2024/2025, Toulouse se déplacera à Durban pour y affronter les Sharks alors que l’UBB accueillera...

Tssr – technicien(e) supérieur(e) systèmes et réseaux en alternance f/h – Montpellier

OFIAQ recrute Tssr - technicien(e) supérieur(e) systèmes et réseaux en alternance f/h - Montpellier - Dans le cadre de notre partenariat avec une entreprise Montpelliéraine, nous recherchons un(e) apprenti(e) motivé(e) TSSR - TECHNICIEN(E) SUPERIEUR(E) SYSTEMES ET RESEAUX  

L’école de Berlou reste ouverte mais sans élève inscrit à ce jour

À la rentrée 2024, l’école de Berlou restera ouverte mais n’a, à ce jour, aucun élève inscrit. En cause, un manque crucial d’enfant dans la commune.

Menuiserie minimaliste

HYLINE, MENUISERIE D'EXCEPTION