Top 14 – Section paloise – Emilien Gailleton : “Le XV de France méritait mieux que ça sur toute la Coupe du monde”

Alors que le championnat fait son grand retour dimanche, le trois-quarts centre de la Section paloise, Emilien Gailleton, raconte comment les siens ont géré la longue période sans match, évoque le déplacement de son équipe à Perpignan avant deux réceptions, et revient sur les derniers mois qu’il a vécus avec le XV de France.

Dépannage à domicile, tous travaux

Quel a été le programme pour la Section paloise pendant cette longue trêve ?

Nous avons commencé par une semaine de vacances. Ensuite, on a fait trois semaines axées sur la préparation physique, puis nous avons de nouveau coupé sept jours. En septembre, nous n’avions pas les septistes, qui étaient au Supersevens, l’effectif était un peu moindre. À leur retour, en octobre, nous avons plus axé les séances sur le rugby et nous avons fini par une rencontre dirigée face à Bordeaux, samedi dernier. Il a fallu combler les semaines, parce que sans les matchs, c’était un peu compliqué de trouver l’énergie d’aller à l’entraînement.

Pendant la longue coupure, avez-vous eu des activités extra-rugby pour éviter de tomber dans la routine ?

Oui, surtout lorsque nous étions axés sur la préparation physique. Nous avons fait pas mal d’entraînements délocalisés autour de Pau. Il y a aussi eu des sorties à l’extérieur. Nous sommes partis faire une randonnée au chemin de la Mâture, nous sommes aussi allés voir l’usine de bérets. Nous avons été à Hendaye, nous n’avons pas pu surfer, car les vagues n’étaient pas bonnes, mais nous avons passé l’après-midi sur la plage avec du football, du volley, on s’est bien amusés.

Avez-vous l’impression de démarrer un nouveau championnat, avec ces deux longues préparations ?

J’ai vécu une grosse préparation avec le XV de France, suivie de deux matchs en Top 14 avec Pau, puis nous sommes repartis sur six semaines sans match. C’était assez intense, il fallait combler et ça nous a permis de se développer. Je vois plus ça comme une grosse préparation et ça m’a beaucoup apporté.

PLUS INFO  Top 14 - Pierre Mignoni et sa meute dans la gueule du Lou

Quel est le sentiment qui prédomine avant la reprise du Top 14 ?

Nous sommes assez motivés à l’idée de reprendre, au vu des six semaines de préparation que l’on a effectuées. Nous sommes là pour jouer des matchs et nous sommes vraiment contents de reprendre. Après, on a l’impression de partir sur une longue guerre. Les matchs vont s’enchaîner et nous allons rentrer dans une période difficile.

Quel a été le mot d’ordre avant le voyage à Perpignan ?

Nous voulons laver l’humiliation qu’on a pu connaître l’an dernier, puisque nous avions pris presque 50 points (49-29, NDLR). On sait tout l’enjeu du match, autant pour eux que pour nous. On va arriver là-bas, dans une terre assez hostile, avec des supporters chauds bouillants. On s’y prépare et on voudra se rattraper de l’an passé. Vous recevrez ensuite Toulouse et Bordeaux, mais comme Perpignan est un concurrent au maintien, ce déplacement ne sera pas galvaudé… Il faut prendre le plus de points possibles. Le mot d’ordre, c’est vraiment de laver l’humiliation. Après, on ne va pas jouer les matchs pour les perdre. On y va pour faire un résultat.

Quel bilan avez-vous tiré des trois premières journées ?

Nos exit, c’est-à-dire nos sorties de camp, étaient à revoir. Sur toute la partie offensive, nous avons été plutôt corrects. Nous avons su trouver un jeu qui nous correspond bien, notamment avec notre numéro dix. J’apprécie beaucoup Joe Simmonds, qui mène bien l’équipe. On fait un très bon début de saison, mais on sait que, là, ça va être une histoire différente. Les équipes vont retrouver les mondialistes, il faut s’attendre à la grande guerre (rires).

Justement, que pouvez-vous nous dire sur ce jeu offensif ?

L’entraîneur de l’attaque, Geoffrey Lanne-Petit, aime ce style de jeu, un peu à l’image des Irlandais. C’est une chose qu’on souhaite mettre en place. La France a aussi un peu ce même projet, cette volonté de jouer, et j’arrive à m’y retrouver, notamment avec la préparation que j’ai faite.

PLUS INFO  Champions Cup - Affamée, La Rochelle s’avance en dernière chance française face au Leinster

De votre côté, après n’avoir pas été retenu dans les 33 avec l’équipe de France, vous avez été titularisé pour la deuxième et troisième journée du championnat. Ressentiez-vous ce besoin de vite rejouer ?

Bien sûr ! Il y avait une petite frustration comme je n’ai pas été retenu dans les 33 pour la Coupe du monde. Du coup, j’avais besoin de libérer mon énergie. De plus, si je ne jouais pas avec Pau, ça allait faire de longues semaines sans match. Je suis content d’avoir pu re “matcher” rapidement.

Vous restez un jeune joueur. Avez-vous été accompagné par rapport à l’emballement autour de votre nom, cet été ?

Non, pas forcément. Il y avait ma famille et mes proches, mais j’ai essayé de travailler sur moi-même, car j’avais du temps pour revenir. J’ai pu faire le point et repartir de l’avant. Qu’est-ce que ces six derniers mois vous ont appris ? J’ai vraiment beaucoup appris pendant les deux mois de préparation avec les Bleus. J’ai évolué dans mon jeu et j’en suis très content. Le retour à Pau m’a quand même rappelé qu’il faut garder les pieds sur terre et qu’il faut continuer à travailler dur, même dans les moments où il y a moins de matchs. C’est là où il faut arriver à se développer !

Garder le même niveau d’exigence en club qu’en sélection n’est-il pas le plus dur ?

Non, pas forcément. J’aime bien travailler, je fais ça depuis que j’ai commencé, donc ça ne me dérange pas. Après, le fait de ne pas avoir été pris m’a donné un coup au moral. En tant que compétiteur, on veut toujours y être, mais le fait d’avoir retrouvé les copains en club m’a fait beaucoup de bien.

Votre première saison à Pau a été un franc succès. Quelles seront vos ambitions pour la seconde ?

PLUS INFO  Yoann Maestri : « J’ai envie de couper totalement avec le rugby »

Ça fait quelques saisons que la Section n’arrive pas à occuper une meilleure place au classement. Mon envie première, c’est que collectivement, on fasse quelque chose de beau. Je ne me donne pas d’objectifs en matière d’essais. Je vais tout donner et on verra ce qui se passe.

Qu’avez-vous pensé du mondial des Bleus ?

J’ai été très déçu pour eux et pour toute la nation. On n’attendait que ça depuis quatre ans, d’autant que le Mondial avait lieu à la maison. Sans parler du match, je pense qu’ils méritaient mieux que ça sur toute la Coupe du monde et je ne les voyais pas du tout s’arrêter en quart de finale. J’ai pu un peu discuter avec Louis Bielle Biarrey sur la fin. Il était forcément très déçu et n’arrivait pas trop à se rendre compte de ce qui s’est passé. Pour eux, ça va être très compliqué et je leur apporte tout mon soutien.

Avez-vous suivi les Bleus au stade, ou devant votre télévision ?

Non, je suis resté tranquillement à Pau ou chez mes parents, dans le Lot. Je voulais revenir aux sources et éviter de faire trop de voyages.

Vous avez goûté à l’équipe de France en août et, en ce sens, on imagine que vous avez déjà envie d’y repartir ?

Bien sûr ! En tant que compétiteur, on a envie de porter le maillot de l’équipe de France, on veut pouvoir jouer pour son pays. Il n’y a rien de plus beau, dans la vie d’un rugbyman, que de pouvoir chanter la Marseillaise et défendre ses couleurs. Je vais travailler à fond pour ça, mais ça passera par le collectif. Si on devient une meilleure équipe, on aura plus de visibilité.

Avez-vous le Tournoi en ligne de mire ?

Il est, bien sûr, dans un coin de la tête.

https://www.rugbyrama.fr/2023/10/25/top-14-section-paloise-emilien-gailleton-nous-voulons-laver-lhumiliation-11541566.php

.

Installateur Panneaux solaires

Wedding Planner

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

S'inscrire

spot_imgspot_img

A découvrir aussi
Toute l'info à Béziers

5 à 10 cm de neige sont tombés cette nuit sur les Hauts Cantons biterrois

Ce dimanche 3 mars, au petit matin, les Hants Cantons biterrois se sont réveillés sous un fin manteau neigeux. Météo France avait d'ailleurs placé la zone en vigilance neige et verglas.  

Rugby à 7 – Adversaires, heures… Le programme des équipes de France à 7 et d’Antoine Dupont à Los Angeles

Ce vendredi, les équipes de France de rugby à sept vont débuter son tournoi à Los Angeles. Horaires, adversaires... Voici le programme des Français et d'Antoine Dupont à LA !

Mort d’un homme de 49 ans à la sortie d’une discothèque en montagne, 3 personnes placées en garde-à-vue

Un homme de 49 ans est décédé, samedi 2 mars 2024, après une bagarre qui a éclaté à la sortie d'une discothèque à Saint-Lary-Soulan, dans les Hautes-Pyrénées. Trois personnes originaires de Charente-Maritime ont été placées en garde à vue.

Info Midol. 6 Nations 2024 – Léo Barré à l’arrière, Thomas Ramos en 10 face au pays de Galles avec le XV de France ?

À quelques jours du quatrième round du Tournoi des 6 Nations, le staff des Bleus serait tenté par l’idée de titulariser le Parisien Léo Barré à l’arrière. Celui-ci fêterait alors, à Cardiff, sa toute première sélection.

Menuiserie minimaliste

HYLINE, MENUISERIE D'EXCEPTION