Accueil Actualités À Béziers autour du collège de La Dullague : “Des enfants en...

À Béziers autour du collège de La Dullague : “Des enfants en forcent d’autres à se battre entre eux”

0
54

Une maman d’élève de 4e a signalé ce phénomène, appelant à la vigilance de tous les parents. Elle a décidé de ne plus renvoyer son fils, déjà fragile, dans l’établissement. Une situation de harcèlement a été déclarée au rectorat.  

Dépannage à domicile, tous travaux

“Il ne retournera pas dans l’établissement”, lâche Martine (le prénom a été changé), déterminée. Cette Biterroise a découvert, fin septembre, une vidéo sur laquelle on peut voir son fils, Quentin (le prénom a également été changé), 14 ans, en 4e au collège de La Dullague, à Béziers, en train de se battre avec un autre jeune, sous les éclats de rire moqueurs d’autres ados qui les incitent à donner des coups. “Des enfants en forcent d’autres à se battre entre eux”, explique la maman, encore bouleversée. 

“Ils ont filmé, la vidéo a terminé dans le groupe de classe”

Quentin accepte de témoigner et de détailler : “Ils créent un conflit entre les deux enfants en disant “lui, il t’a insulté” et puis “si vous vous battez pas, vous êtes nuls.” Et de poursuivre : “Oui je me suis battu, une seule fois, sur le parking derrière l’auto-école. Ils nous menaçaient : “Si vous ne vous battez pas, on va vous faire battre”, raconte-t-il avec ses mots de gosse. “Ils ont filmé. La vidéo a terminé dans le groupe de classe.” “J’avais pas envie d’en parler, une surveillante le savait mais n’a rien fait de plus…” Un soir pourtant, il finit par se confier à sa mère qui réagit aussitôt : “Il va là-bas pour apprendre pas pour taper ou se faire taper. C’est fini, non, il n’y met plus un pied. On ne touche pas à mon fils.”

PLUS INFO  Assister à une répétition dominicale de la famille Gruss, à Béziers, pour prolonger le plaisir des Folies Gruss

Un climat de violence dénoncé

L’an dernier, les enseignants et les équipes du collège de La Dullague ont multiplié les manifestations pour dénoncer un climat de violence, de peur et demander le classement de l’établissement en Rep +, ce qui offrirait des moyens supplémentaires… Ils n’ont pas obtenu gain de cause. En 2019 déjà, des parents manifestaient également contre la violence et pour demander des conditions de travail apaisées, “les moyens d’étudier en toute tranquillité” pour les élèves.

“On m’insultait pour aucune raison”

Quentin avait déjà un profil fragile au sein du système éducatif classique. Ces bagarres imposées, auxquelles il a par ailleurs assisté à plusieurs reprises l’an dernier, viennent ainsi accentuer un terrain anxieux déjà présent chez l’élève. En 5e, il a été absent la moitié de l’année scolaire. “J’ai réussi à y aller jusqu’en décembre et à partir de janvier, c’est devenu compliqué”, admet-il. De janvier à juin 2023, il a multiplié “les crises d’angoisse”. Il est suivi par la Maison des adolescents. Sur liste d’attente pour le centre de pédopsychiatrie Anne-Franck. “Arrivé en cours, j’y arrive mais c’est surtout d’y aller” qui s’avère compliqué. Une fois sur place toutefois, si certains cours sont “très agités et bruyants”, c’est pendant les récréations et la cantine que se concentrent les ennuis. “On m’insultait l’an dernier, pour aucune raison. En début d’année, on m’a proposé d’aller à la vie scolaire ou au CDI pendant les récrés mais je me sentais seul, j’aimais pas trop ça…”

“Phobie scolaire”

Martine a contacté le rectorat, le maire de Béziers, elle a par ailleurs renoncé à un rendez-vous avec les équipes de La Dullague, par peur “de représailles”. Son souhait serait de trouver une place dans le privé. “J’ai tapé à des portes mais c’était complet”, regrette-t-elle. Peu confiante envers les établissements publics, la maman plaide pour un retour à l’instruction à la maison, via internet, qu’a déjà connue Quentin pendant et juste après le Covid mais qui est désormais proscrite sauf autorisation du rectorat. “L’attestation de phobie scolaire établie par notre médecin traitant ne suffit pas. Il faut une attestation d’un spécialiste. Or Quentin parle bien, il est équilibré, il n’y a pas d’urgence pour les spécialistes…”

PLUS INFO  Réforme des retraites : la grogne continue de s'exprimer dans une manifestation improvisée ce jeudi soir à Béziers

“J’aimerais ne plus avoir ce stress, ces angoisses”

“J’aimerais ne plus avoir ce stress, ces angoisses”, témoigne calmement Quentin. “Il a besoin qu’on l’aide à gérer ses émotions”, poursuit sa maman. “On est coincé”, insiste-t-elle. 

Au-delà de son cas personnel, Martine tient à délivrer un message de prévention sur les violences à la Dullague et aux abords du collège : “Ce n’est pas normal. Et on ne veut pas que ça arrive à d’autres. On veut donc prévenir les parents pour qu’ils soient vigilants, ils doivent écouter leurs enfants.”

“Les équipes éducatives et le rectorat restent très attentifs”

Au sujet de Quentin, le rectorat tient à souligner que “l’année dernière, la mère a été reçue plusieurs fois par la direction de l’établissement car son fils avait du mal à reprendre une scolarité en présentiel. L’élève a donc été accompagné et soutenu par les équipes éducatives. Au cours de différents entretiens, la thématique de harcèlement n’a jamais été abordée. En cette rentrée 2023, la mère a renouvelé une demande d’instruction en famille. Suite au refus motivé par le corps d’inspection, elle a repris contact avec l’établissement. Et à cette occasion, la problématique du harcèlement a été évoquée pour la première fois. Le collège a proposé un rendez-vous à cette maman pour l’accompagner et traiter cette situation déclarée de harcèlement. Elle devait présenter lors de ce rendez-vous les vidéos des bagarres évoquées par son fils. Cette dernière n’a pas donné suite et a annulé le rendez-vous. Les équipes éducatives ainsi que les services du rectorat restent très attentifs au sujet de la scolarité de cet élève”.

PLUS INFO  À Béziers, Innovosud relance Sparx, son programme visant à détecter les meilleurs projets de la filière industrielle verte

https://www.midilibre.fr/2023/10/19/a-beziers-autour-du-college-de-la-dullague-des-enfants-en-forcent-dautres-a-se-battre-entre-eux-11529892.php

.

Installateur Panneaux solaires

Wedding Planner

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Menuiserie minimaliste

HYLINE, MENUISERIE D'EXCEPTION