Contre les rave-parties : une cinquantaine de personnes ont porté plainte à la gendarmerie de Bédarieux

Ce samedi 9 septembre, en début d’après-midi, une cinquantaine de manifestants déterminés ont exprimé leur colère et déposé plainte à la gendarmerie de Bédarieux. Cela après une succession de rave-parties dans les Hauts Cantons cet été. 

Dépannage à domicile, tous travaux

Ce samedi 9 septembre, à 14 heures, devant la gendarmerie de Bédarieux, un collectif constitué par des habitants de plusieurs communes s’est rassemblé pour protester contre les récentes rave-parties organisées durant l’été en divers lieux des Hauts Cantons. Une centaine de personnes s’était déjà retrouvée, le week-end dernier à Joncels à l’occasion d’une réunion publique (notre édition du 5 septembre) au cours de laquelle Rémy Paillès, le maire de Joncels, avait renouvelé son soutien aux défenseurs d’un retour à la tranquillité.

Impact sanitaire, environnemental et économique

Cette fois, une cinquantaine de personnes a franchi le seuil de la gendarmerie pour déposer des plaintes individuellement. Les manifestants dénoncent un impact sanitaire, environnemental et économique de ces manifestations non autorisées ; ils demandent aux municipalités de rédiger un arrêté interdisant les rave-parties, au préfet de rédiger lui aussi un arrêté, à l’Office national des forêts de porter plainte, et aux gestionnaires des parcs éoliens de sécuriser leurs sites. Des plaintes avaient déjà été déposées dans la semaine, notamment par la mairie de Joncels, le groupement forestier et une co-gérante de trois sociétés.

“Nous sommes tous concernés par le tapage nocturne et diurne”

Au nom du collectif, Eric Paillès a pris la parole en remerciant les participants qui ont calmement mais fermement exigé que leurs plaintes soient enregistrées. On notait la présence d’Ingrid Chapuis, la présidente de l’association “Le son du silence” créée dans le Minervois, ainsi que celle de la communauté de l’Arche. “Nous sommes tous concernés par le tapage nocturne et diurne”, a souligné Eric Paillès.

PLUS INFO  La Lyre Biterroise revisite les "Michel" samedi 25 mai à Zinga-Zanga

“On est en colère”

Quelques manifestants, eux, n’hésitaient pas à déclarer : “Nous avons eu ici trois rave-parties de quatre jours. On est en colère, il faut qu’aujourd’hui les gendarmes nous prennent nos plaintes. Si nous n’avons pas de réponse, ça risque de dégénérer”. Les plaintes ont bien été enregistrées.

https://www.midilibre.fr/2023/09/09/contre-les-rave-parties-une-cinquantaine-de-personnes-ont-porte-plainte-a-la-gendarmerie-de-bedarieux-11442851.php

.

Installateur Panneaux solaires

Wedding Planner

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

S'inscrire

spot_imgspot_img

A découvrir aussi
Toute l'info à Béziers

Grève nationale des pharmaciens : pour cette petite ville, la fermeture de trois pharmacies résout la pénurie de main-d’œuvre

Alors que 90 % des pharmacies devraient rester fermées ce jeudi 30 mai, en raison d'un mouvement de grève pour alerter sur les pénuries de médicaments et les fermetures d'officines, la ville de Decazeville en Aveyron ne devrait pas être impactée. Deux des cinq pharmacies ont fermé mais cela règle le problème du recrutement.

Il a été traîné sur une trentaine de mètres : à Béziers, un homme meurt écrasé par ses complices sur un point de deal

Ce mercredi soir, 29 mai, un homme de 20 ans environ, est décédé, rue Jean-Franco, dans le quartier de La Devèze à Béziers. Il a été vraisemblablement écrasé par ses complices qui ont pris la fuite. Deux d’entre-eux...

Retour sur la création de la Romeria de Mauguio

La Romeria fête ses 35 ans

Béziers obtient le Label « Ville à Vélo du Tour de France »

Béziers obtient le Label « Ville à…

Menuiserie minimaliste

HYLINE, MENUISERIE D'EXCEPTION