Deux mois après les émeutes à Montpellier, quelles relations entre jeunes et policiers ?

Deux mois jour pour jour après les émeutes urbaines, comment retisser les liens entre forces de l’ordre et certains jeunes ? Illustration à Montpellier dans le quartier de la Mosson qui a connu des violences et des pillages, commissariat local pris pour cible, bureau de poste détruit, commerces et arrêts de transports saccagés.

Dépannage à domicile, tous travaux

Quartier de la Mosson, il existe depuis 1991 un centre de loisirs pour jeunes (CLJ) géré par la police nationale. Ce centre est ouvert 145 jours par an pour des jeunes de 12 à 18 ans (soutien scolaire, initiation aux arts martiaux, gym, théâtre, ping-pong, salle informatique, consoles de jeux, accueil des familles en cas de problème). Le CLJ possède également une base nautique sur la plage de Villeneuve-lès-Maguelone, où les policiers emmènent jusqu’à 50 jeunes par jour chaque été pour faire du paddle, du canoé ou encore de la bouée tractée.

“J’oublie qu’ils sont policiers”

“Pour ceux qui ont une mauvaise image de la police, ça peut changer quelque chose. En fait, pour tout dire, moi parfois, tellement je m’amuse avec eux, j’en oublie qu’ils sont policiers”, explique Hocine. À ses côtés, Olivier Calame, le responsable du CLJ confirme : “C’est un dialogue constructif pour mieux se comprendre”.

PLUS INFO  Une femme handicapée de 92 ans sauvée d'un incendie par des policiers de Béziers

loading

Deux à trois fois par an, les jeunes nettoient également la plage en lien avec le conservatoire des espaces naturels pour la faune et la flore.

Une association pour refaire du lien

Dans le quartier de la Mosson à Montpellier, l’association “Mot-son” organise aussi des concerts et des sorties culturelles pour ces jeunes. Ils tentent de refaire du lien après les émeutes de la fin juin. C’est un accompagnement à l’année qui fait vivre tout un quartier et qui permet d’inculquer des valeurs républicaines. Mais il y a du travail.

Il y a par exemple, ce jeune homme bien connu des médiateurs. Lui ne regrette rien. “Il n’y a pas eu de justice après la mort de Naël. Les gens, ils ont fait justice eux-mêmes. Ils ont eu raison de faire ça.” Khalid, le jeune éducateur de l’association, tente une approche : “La justice pour qui et pourquoi ? Pour casser, pour foutre la merde ?” Amine, un lycéen de seize ans, lui, partage le point de vue de ses éducateurs. “Les émeutes ont plus attaqué des services publics qu’autre chose. Pas loin de chez moi, des commerces ont été détruits. Du coup, ça a été plus difficile pour mes parents d’aller faire leurs courses, ils doivent aller beaucoup plus loin.”

D’autant que certains arrêts de bus saccagés n’ont pas encore pu être reconstruits durant l’été. Malika, une bénévole en soutien scolaire, ne se remet pas des émeutes. “C’était choquant. On n’aurait pas dit que c’était notre quartier à nous. Ils ont détruit la Poste. De la casse pour la casse.”

PLUS INFO  Michaël Delafosse, invité exceptionnel du 6/9 ce lundi matin

“Aujourd’hui, certains voudraient une justice comme au Moyen Âge avec une sentence publique le lendemain”

Khalid Bouazaoui, le directeur de l’association, rappelle à ce jeune que le policier qui a tué Naël est en détention provisoire. “En fait, la justice a un temps. Malheureusement, aujourd’hui, avec la rapidité des réseaux sociaux, on veut presque une justice comme au Moyen Âge, avec une sentence publique le lendemain. Sauf que ce n’est pas comme ça. Et pour justement qu’une justice soit raisonnable, il doit y avoir une présomption d’innocence. Il doit y avoir un procès. Il y a des pères de famille qui se retrouvent avec leurs voitures brûlées le matin, ils ne peuvent pas aller au travail. Il ne faut pas faire d’amalgame.”

En face de Khalid, Lyna et Inaya, 15 et 18 ans, qui rigolent parfois en repensant à certains messages publiés sur les réseaux sociaux. “Surtout quand il y a des gars qui sont en train de voler des magasins et qui demandent s’ils restent Yop. Enfin, je suis désolée mais c’est culotté quoi.” Mais voilà, ça ne fait pas rire du tout Ahmed derrière son tiroir-caisse. Ici, c’est l’épicerie du quartier Le Comptoir de Carthage. “Là, pendant les émeutes, on a brûlé le camion du propriétaire du magasin. La première victime, c’est le quartier. C’est triste.”

Triste, mais pas fataliste, Khalid de l’association Mot’son porte un nouveau projet. Dans ce grand local à rénover, l’ancien décrocheur scolaire devenu éducateur pourrait aider davantage de jeunes. “Tous les jours, il y a un accompagnement scolaire de 17h à 19h, tous les mercredis, des activités culturelles, des créations d’émissions de radio, des créations de courts-métrages, des enregistrements studio pour enregistrer des poésies, des sorties, du loisir, de la culture. Tout le temps mettre de la culture parce qu’elle est élévatrice. Les jeunes, moins ils seront dehors et plus ils seront accompagnés et moins on aura de problèmes.”

PLUS INFO  Orgue. 5ème concert de la saison

“Pourvu que les moyens arrivent”

Khalid espère que les choses iront vite côté administratif. “Pourvu que les moyens arrivent”, comme le dit Malika. “Les gens ont peur, ils ont peur qu’il y ait encore une petite étincelle pour faire de la casse.”

Ici, à la Mosson, la plupart considère le calme apparent retrouvé dans le quartier comme un bien commun très fragile.

loading

https://www.francebleu.fr/infos/societe/2-mois-apres-les-emeutes-a-montpellier-quelles-relations-entre-jeunes-et-policiers-5224430#xtor=RSS-124

.

Installateur Panneaux solaires

Wedding Planner

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

S'inscrire

spot_imgspot_img

A découvrir aussi
Toute l'info à Béziers

STAGE DE CINÉMA 12-17 ANS

MONTPELLIER (Hérault)
du lundi 8 avril 2024 au vendredi 12 avril 2024
Pendant la première semaine des vacances de printemps, vos enfants pourront créer un film de bout en bout avec une équipe de professionnels passionnés !

Responsable de rayon produits frais – h/f – Auch

GROUPEMENT D EMPLOYEURS GERS EN GASCOGNE recrute Responsable de rayon produits frais - h/f - Auch - Le Groupement d'Employeurs Gers en Gascogne; est une association loi 1901 créée en 2011 sur une initiative de la DIRECCTE 32. Son but est de mutualiser les besoins des entreprises du département, quel que soit leur secteur d'activité, afin de pouvoir proposer des contrats pérennes aux demandeurs d'emploi, en assurant éventuellement leur formation interne pour optimiser leurs compétences et leur adaptation. L'association compte aujourd'hui près de 100 entreprises adhérentes et 130 salariés. Le GEGG est adhérent du Centre de Ressources des Groupements d'Employeurs d'Occitanie qui a pour objet la création d'emplois durable par la mutualisation des besoins en ressources humaines des GE adhérents.

LAÏCITÉ. Un flash mob des jeunes du SNU dansant sur du gospel dénoncé comme chant religieux glorifiant Jésus

La vidéo postée sur le compte X du directeur des services départementaux de l'Éducation nationale de l'Hérault a été repérée par un collectif d'enseignants. On y voit des jeunes célébrer la fin de leur SNU à Palavas par une chorégraphie sur fond de gospel, au rythme de "Oh, happy day". Alors, prosélytisme religieux ou danse de cohésion ? Le post a été supprimé et le rectorat de Montpellier s'est excusé.

Le parcours inspirant de Lisa Vidal, la Biterroise lauréate du concours d’éloquence “À voix égales”

Gestionnaire comptable au conseil départemental de l'Hérault, Lisa Vidal s'est lancée dans une reconversion professionnelle. Son projet lui a permis de remporter le prix du jury au concours d'éloquence de la fonction...

Menuiserie minimaliste

HYLINE, MENUISERIE D'EXCEPTION