Amateurs – DOSSIER. Violences chez les jeunes : débordements et recadrage

Le constat est suffisamment alarmant pour que les instances fédérales aient jugé nécessaire d’adresser un courrier à tous les licenciés, en forme de rappel mais aussi de mise en garde. Et les Ligues les plus impactées ont déjà pris des mesures pour endiguer le phénomène.

Dépannage à domicile, tous travaux

Les cons ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît ! » C’est du Audiard et, le moins que l’on puisse dire, c’est que le rugby n’est pas en retard sur le sujet. La multiplication des incidents sur et autour des terrains de rugby chez les jeunes est suffisamment inquiétante cette saison pour que Christian Dullin lui-même, Secrétaire général de la FFR (et vice-président du comité éthique du CNOSF) envoie deux courriers successifs à tous les dirigeants de clubs au mois de novembre puis, plus directement, à tous les licenciés, en février, pour tenter de juguler le phénomène. Mais de quoi parle-t-on au juste ?

A lire aussi : Amateurs – « Attention à cette dérive de l’alcool dans les stades », alerte Éric Doria directeur de l’arbitrage de la ligue occitanie

Depuis le début de cette saison plusieurs Ligues régionales constatent une recrudescence des actes de violence non seulement sur les terrains des catégories U16 et U19 mais aussi autour et en dehors de ces rencontres. Violences verbales, physiques, propos haineux, racistes, homophobes, envers les adversaires, les arbitres, dérapages sur les bords de touche, en tribunes, rapports d’arbitres, de délégués de matchs, dépôts de plaintes, dégradations de vestiaires, de club house, de bus, interventions des forces de l’ordre… tout y passe dans cette escalade.

En attendant la compilation de données nationales, plusieurs Ligues, alertées par les remontées de plus en plus fréquentes de la multiplication des cartons rouges et de sanctions en tous genres par leurs commissions de disciplines ou leurs responsables des arbitres, ont décidé de prendre le sujet à bras-le-corps. Des réunions de crise dans les comités ont été très rapidement organisées avec pour objectif de sensibiliser les acteurs de ces catégories, dirigeants, arbitres, éducateurs, joueurs mais aussi parents afin de ne pas laisser le climat général se détériorer.

L’inéluctable transformation sociologique du public

Si les bagarres générales, les querelles de clochers, la stigmatisation des arbitres et de leurs décisions, frappées du sceau de l’incompétence ou de la partialité la plus injuste, selon, bien entendu, le camp dans lequel on se trouve, font partie du décor depuis la nuit des temps, quelle mouche a donc piqué ces jeunes et leur entourage pour déborder autant et aussi fréquemment ? Dominique Bodin, professeur de sociologie à l’université Paris-Est Créteil et spécialiste des questions de violence dans le sport nous éclaire : « La sociologie des publics s’est transformée à mesure que le rugby s’est lui-même transformé. Des villes qui n’étaient pas originellement des terres de rugby ont aujourd’hui leur équipe. Le rugby, devenu professionnel depuis 1995, suit le modèle du football ; C’est une évolution que je qualifierai de normale et je ne crois pas que le phénomène soit si récent. Je me souviens en 1995 du lynchage d’un arbitre Monsieur Larbalétrier, lors d’un match de championnat de France Honneur à Foix dont les agresseurs avaient été condamnés des peines de prison avec sursis.

PLUS INFO  Top 14 - "Les Dieux du rugby étaient avec nous" : le top des déclas de la 11ème journée

Le rugby professionnel génère des comportements chez les enfants mais aussi et surtout chez les entraîneurs et les parents dont l’objectif est la réussite. Les parents veulent que leurs enfants réussissent et les entraîneurs réussissent à travers les succès des enfants. » Des comportements souvent plus nuisibles que constructifs pour ces derniers.

Abandon du contrôle parental et respect des codes du rugby

Dans une période, l’adolescence, où le jeune est en pleine construction d’identité, les bouleversements auxquels il est confronté sont causes de stress, d’angoisse et de sentiments exacerbés comme l’injustice, la frustration, la colère ou la déception. Au milieu de ce maelström émotionnel, il a besoin de repères forts. Les entraîneurs en sont un, eux qui représentent le cadre dans lequel l’ado va devoir s’épanouir individuellement et collectivement. Dominique Bodin : « La construction des identités en groupe conduit à des comportements qui franchissent les limites mais ce phénomène n’est pas propre au rugby, il existe dans tous les autres sports. Et, ce qui est essentiel à ces âges tourmentés et dans toute discipline, c’est que le respect envers l’autre, l’adversaire ou l’arbitre se construit par l’exemple véhiculé par ces modèles que sont les entraîneurs mais aussi et surtout les parents. »

Le ciment de l’activité chez les jeunes, ce sont bien évidemment ces personnes qui encadrent, qui accompagnent. Comment voulez-vous que l’adolescent en pertes de repères interprète les insultes, les invectives, voire les gestes nées de la frustration d’une décision, de l’incapacité à accepter l’échec ? « En sport, il faut réussir. La défaite n’est pas acceptable pour le joueur, pour l’éducateur et encore moins pour le parent.

PLUS INFO  Top 14 - "Tout le monde attend le premier clash" ironise Patrice Collazo, le nouveau manager de Montpellier

Or, elle fait partie de l’équation. » Sauf à croire que tous les arbitres sont incompétents, ou pire, incompétents et partiaux et qu’ils n’ont qu’un objectif chaque samedi, se payer votre équipe, qui peut imaginer dès lors que les vociférations de la main courante ramèneront celui-ci à votre vérité ? N’y a-t-il pas dès lors plus d’effets négatifs à vitupérer contre les coups de sifflet d’un jeune arbitre lorsque l’on est assis sur le banc de touche ou en tribunes ? « Bien entendu et c’est là aussi que le mimétisme avec ce qui se fait au plus haut niveau joue à plein. C’est Jean-Michel Larqué, alors président du district de football dans les Pyrénées-Atlantiques qui racontait qu’en 2006, après le coup de boule de Zidane en finale de Coupe du monde face à l’Italie, il avait constaté une multiplication de ces coups de tête chez les jeunes. C’est pourquoi, à l’inverse, tous les gestes que peuvent faire les joueurs pros pour mettre en avant une attitude positive, fair-play, servent à la prévention des problèmes comportementaux. » Des problèmes exacerbés par une période de déconstruction sociale majeure avec la pandémie de la covid-19. Et si le monde des adultes a pris de plein fouet cette crise, elle fut un séisme de magnitude maximale chez les adolescents. Une donnée qu’il faut prendre en compte à l’heure de préconiser des remèdes aux maux.

Sanctionner, former, éduquer

Dominique Bodin développe : « Trois prérogatives me semblent pouvoir répondre au problème. Un, il faut sanctionner dans ce que l’on appelle un contexte d’anomie sociale (absence d’organisation ou de loi, disparition des valeurs communes à un groupe). Deux, il faut former les entraîneurs pour lesquels il existe peu ou pas de modules comportementaux dans leur cursus de formation. Il faut envisager des modules de savoir être entraîneur. Trois, proposer lors des matchs de clubs d’élite, par exemple, des places peu chères aux éducateurs qui accompagnent leurs jeunes avec des livrets d’éducateurs en main pour expliquer, éduquer. J‘avais fait cette proposition au PSG lorsque je travaillais avec la LNF auprès de la commission mixte sécurité puis à la FFF dans le cadre de l’observatoire des comportements. »

PLUS INFO  J07 CDPAM

Le rugby a déjà mis en place toute une série de mesures qui vont dans ce sens. Si les sanctions peuvent vite ramener à la raison, la formation ou l’éducation prendront un peu de temps avant d’en mesurer les effets. Enfin et c’est là tout le problème du rugby amateur, multiplier les dirigeants en chasuble derrière chaque spectateur un peu virulent est une chimère, à l’heure où il est de plus en plus difficile pour ces structures de trouver de nouveaux bénévoles.

https://www.midi-olympique.fr/2023/03/29/amateurs-dossier-violences-chez-les-jeunes-debordements-et-recadrage-11096816.php

.

Installateur Panneaux solaires

Wedding Planner

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

S'inscrire

spot_imgspot_img

A découvrir aussi
Toute l'info à Béziers

Mieux communiquer en équipe – Formation Hérault – Béziers

L'objectif de la formation est de développer les compétences nécessaires pour favoriser une communication efficace, collaborative et harmonieuse au sein d'un groupe de travail

Les fondamentaux du managemen – Formation Hérault – Béziers

Connaitre les bases du management Acquérir des compétences de leadership Utiliser une communication efficace Améliorer la prise de décision Utiliser des outils de planification stratégique

Des élèves du lycée Jean-Moulin, à Béziers, ont bénéficié d’une semaine de formation Bafa durant ces vacances

Quelque 26 lycéens ont profité d’une semaine de formation au Brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur (Bafa) dans les locaux de leur établissement. Un partenariat avec l’UFCV qui a permis de diviser le tarif par...

Champions Cup – Yannick Bru défend Lucu, le Leinster savoure, Ugo Mola encense Willis : le top des déclas du week-end

Les quarts de finale de Champions Cup et de Challenge Cup ont désigné leurs vainqueurs. Déçus ou victorieux les acteurs de ces matchs couperets ont réagi, découvrez les meilleures déclarations du week-end.

Menuiserie minimaliste

HYLINE, MENUISERIE D'EXCEPTION