Carbonel : “Ici, j’ai tout à prouver”

image Carbonel : "Ici, j'ai tout à prouver"

Recrue phare du champion de France montpelliérain, le demi d’ouverture a pris un long moment pour évoquer avec nous sa nouvelle vie dans l’Hérault, et son défi avec le MHR. Il évoque aussi la fin de son aventure avec le RCT, la passion des supporters toulonnais, son père Alain, double champion de France avec Toulon, et aussi l’équipe de France, qu’il espère intégrer pour disputer la prochaine Coupe du monde en France…

Comment se passe votre acclimatation dans votre nouveau club ?
Elle se passe très bien, j’ai eu deux semaines sur place pour m’installer et ensuite nous sommes partis en stage en Corse. Cela a apporté beaucoup de positif à mon intégration mais je connaissais déjà pas mal de joueurs de l’effectif : que ce soit avec les moins de 20 ans ou en équipe de France, j’ai retrouvé plusieurs visages bien connus.

Cela vous a fait bizarre de troquer le rouge de Toulon pour le bleu de Montpellier ?
C’est vrai… Les deux ou trois premières fois où j’ai enfilé du bleu, c’était un peu étrange. Mais c’est normal. C’est passé, et je suis très content d’être là.

Quel a été votre programme de l’été ?
Je suis parti en vacances en Espagne après la tournée au Japon avec quelques copains de l’équipe de France. J’ai déménagé pendant une semaine et je suis reparti un petit coup, j’ai vagabondé. Je suis arrivé à Montpellier fin juillet et j’ai tenu à reprendre l’entraînement avec une semaine d’avance car en fin de saison dernière, je souffrais d’une inflammation du tendon rotulien. Pendant les trois derniers mois, j’ai joué sous anti-inflammatoires et il fallait que je me soigne une bonne fois pour toutes. J’ai repris mes routines une semaine plus tôt avec les kinés et les préparateurs physiques. Cela m’a fait beaucoup de bien.

Êtes-vous bien installé ?
Il reste encore quelques détails à régler, mais je suis très bien installé. Je suis à dix minutes du stade, à côté de la clinique Saint-Roch. Je suis proche de la ville et du stade, c’est parfait. Je ne voulais pas être trop loin pour arriver à l’heure aux entraînements. J’ai un appartement avec un petit jardin, c’est très sympa.

Quelles ont été vos premières impressions sur le jeu du MHR ?
J’ai remarqué que son jeu est basé sur son ADN. C’est un style différent de celui de Toulon, et cela me demande un peu de temps pour me réapproprier tout le système. Montpellier est une équipe qui aime se déposséder du ballon et mettre la pression sur l’adversaire. Mais le staff nous encourage également à sortir du cadre de jeu quand on peut le faire. Avec le MHR, il ne faut jamais rien lâcher et mettre l’adversaire sous pression, par le jeu à la main ou au pied. Ce club aime aussi avoir une grosse défense.

Avez-vous ressenti tout le vécu collectif que cette équipe a accumulé au gré des deux dernières années, tant au niveau des galères que des réussites ?
Oui, et cela m’a fait penser avec ce que j’ai vécu l’année dernière avec Toulon. On a connu un début de saison très compliqué avant de réussir à revenir. Eux, ils ont eu la chance de gagner le championnat l’année dernière et cela s’est senti à la reprise. J’espère que cela ne va pas nous faire défaut sur le début de saison, mais en tout cas l’ambiance est super.

Vous avez repris l’entraînement plus tard que d’autres équipes de Top 14…
Oui, mais j’espère surtout que l’on ne va pas se croire arrivés. Il faudra être au point dès le début de saison car il est important de bien commencer, d’autant qu’on va chez le champion d’Europe.

Vous sentez encore cette euphorie autour du titre ?
J’espère que cette dynamique va nous porter. Un titre, ça resserre toujours un groupe, ça crée des liens. J’espère que l’on va rester soudés cette année sera plus dure que l’année dernière.

Le parcours du MHR la saison dernière a t-il décuplé votre envie de rejoindre le club ?
Qu’il gagne ou qu’il perde, mon envie de rejoindre ce club était déjà grande. J’étais très excité à l’idée de découvrir un nouveau contexte, une nouvelle ville… J’étais content pour lui qu’il gagne, mais cela n’a rien changé à mon envie de découvrir autre chose.

Cela ne rajoute pas d’attente ou de pression ?
Pour moi, cela ne change rien car je n’y suis pour rien. Ici, j’ai tout à prouver et ma place à gagner.

Qu’est-ce que le staff vous a demandé ?
Déjà, de m’intégrer le plus vite possible. Ils ne m’ont pas vraiment donné de consignes, mais mon objectif est de connaître le plan de jeu le plus vite possible, car il y a beaucoup d’informations à traiter quand on est demi d’ouverture.

En effet, vous repartez à zéro concernant le plan de jeu. Cela ne vous est pas arrivé souvent…
Il faut du temps pour apprendre tous les lancements, alors au début on a tendance à demander trois ou quatre fois le même lancement parce que c’est le seul que l’on maîtrise ! Mais cela me fait penser au contexte d’une sélection : il faut tout réapprendre.

Comment s’est passé le stage en Corse ?
On s’est beaucoup entraîné, et cela a été très dur avec la canicule. On a eu de la chance sur les orages… On a fait un peu d’extra-sportif aussi…

C’est-à-dire ?
Nous, les nouveaux, on a été passés au révélateur ! À deux ou trois, on a dû présenter un sketch. Avec mon groupe, on a fait un truc autour des anecdotes du groupe. On a essayé de récolter des dossiers, par-ci par-là, et d’en faire une histoire rigolote. Apparemment ça a marché parce que le sketch a été validé.

Donc vous avez déjà des dossiers sur l’effectif ?
Oui ! C’est important d’en avoir… Et puis il y a eu le titre donc ce n’était pas difficile à trouver…

Quelles sont vos ambitions avec le MHR ?
En tant que compétiteur, j’estime que le minimum est d’intégrer les phases finales, que ce soit en Coupe d’Europe ou en Top 14. Après, je veux progresser le plus possible. Je suis venu ici pour ça. Je veux aussi gagner ma place parce qu’avec Paolo (Garbisi, NDLR.) et Louis (Foursans), il y a de très bons joueurs. Ce sera à moi d’élever mon niveau.

Vous voulez gagner des titres ?
Oui. Clairement. Même si c’est devenu très dur.

Quand on regarde votre palmarès, on se rend compte que vous avez absolument tout gagné dans les filières jeunes : champion de France Minimes, deux fois Crabos, Espoirs et deux fois champion du monde des moins de 20 ans. Que vous dites-vous quand vous contemplez votre armoire à titres ?
Cela va peut-être vous paraître bizarre mais pour moi, j’ai l’impression de n’avoir rien gagné. Les catégories jeunes, c’est bien. Ce sont des souvenirs que l’on garde à vie, c’est pas professionnel, tu es avec tes copains, tu joues dans la ville où tu es né mais… J’aimerais gagner en pro. Et pour le moment, je n’ai pas envie de regarder ces titres. Je les regarderai quand j’arrêterai. Depuis tout petit, je rêve de gagner en professionnel. Pour l’instant, je n’ai pas encore eu cette chance mais je suis vraiment focalisé là-dessus.

Est-ce que la trajectoire de votre père, deux fois champion de France avec Toulon, vous a inspiré ?
Oui bien sûr, mais c’est surtout la passion que j’ai pour ce sport et le fait que je sois un gagneur qui me pousse à ça. Quand une équipe soulève un bouclier, que ce soit Montpellier ou Toulon avec mon père, ça donne forcément envie de vivre ces moments. Pour répondre à votre question, le parcours de mon père est une de mes sources d’inspiration.

Pour le premier match amical, vous avez été associé à Léo Coly à la charnière. Avez-vous rapidement retrouvé vos repères ?
Cela a été assez fluide. On a retrouvé direct le feeling qu’on avait avec les moins de 20 ans. Je n’avais pas l’impression de découvrir un nouveau joueur. Il y a toujours des choses qui évoluent, mais c’est comme si j’avais joué avec lui l’année dernière.

En vous recrutant ainsi que Léo Coly, le staff voulait réunir trois acteurs majeurs du titre mondial des moins de 20 ans, que vous avez remporté avec Arthur Vincent. À quel point êtes-vous proches ?
Quand tu gagnes des titres en jeunes, tu passes des moments inoubliables. On a toujours été proches. Déjà de par nos postes sur le terrain, mais aussi par rapport aux galères que l’on avait traversées ensemble. On parle beaucoup du titre et du sublime, mais il y a aussi eu des moments douloureux, tant lors du premier Mondial qu’à celui de l’année suivante en Argentine avec cette génération 99. On avait eu match très compliqué contre les Argentins. Ils nous mettent quarante points et on passe à deux doigts de l’élimination. Il a fallu se dire les choses, comme on l’avait déjà fait l’année d’avant en France.

Est-ce que la présence d’Arthur Vincent a pesé dans votre décision de rejoindre le MHR ?
Oui, ça y joue un peu. Tu es toujours content de retrouver des mecs que tu connais bien. Pour ma part, je recherchais surtout un club qui pouvait me faire progresser le plus possible. Montpellier a une très belle équipe et je suis persuadé qu’elle m’aidera à le faire dans les années à venir.

C’était une décision dure à prendre ?
Oui… Ce n’est pas comme si j’avais été en fin de contrat ! En plus je n’étais jamais parti… Les choses se sont faites d’une manière… Inattendue. Je ne vais pas vous dire que c’était facile. J’ai eu une période… Environ une semaine où il a fallu se poser les bonnes questions pour trouver des solutions.

Avez-vous été déçu de cette fin avec Toulon ?
Forcément. On perd une finale en passant complètement à côté, on perd de peu notre dernier match de Top 14… C’est forcément décevant quand on voit tous les efforts qu’on a faits pour revenir sur le peloton de tête. Cela aurait pu être magnifique, mais cela n’a pas été le cas…

Pardon mais on voulait parler de la fin de votre histoire avec le RCT…
Ah ! C’est sûr que ça m’a fait bizarre aussi oui… On est toujours un peu nostalgique de certaines choses mais je suis content d’être là à Montpellier et j’ai hâte de défendre les couleurs du MHR et de voir jusqu’où on peut aller.

Avez-vous été touché par les nombreuses manifestations d’affection des supporters toulonnais qui souhaitaient que vous restiez ?
J’ai été très touché. Pour tout vous dire, j’ai même été gêné. On n’a pas l’habitude de ce genre d’attention, on se dit qu’on est de passage… Mais finalement les supporters ont aimé l’histoire de ce groupe, ainsi que la mienne, et ils ont embarqué dedans. Me concernant, j’ai parfois trouvé que c’était un peu trop ! J’étais très content et très honoré mais… Je n’ai pas les mots pour les remercier de m’avoir offert tout ça.

C’était d’autant plus dur de partir que vous êtes un vrai minot de Toulon…
Oui, c’était pas évident. Là, tu sais quand tu pars mais tu ne sais pas quand tu reviens… On verra plus tard. Mais je savais pertinemment que dans ma carrière, j’aurais dû tôt ou tard aller découvrir quelque chose d’autre. C’est important pour sa vie d’homme. Mais c’est vrai que ça fait toujours autant bizarre.

Avec votre départ, vous avez ajouté votre nom à la longue liste des jeunes talents que Toulon n’a pas su garder, comme Florian Vanverberghe, ou…
(il coupe) Voilà. Ça, ça me rend vraiment triste. On fait partie d’une génération qui a été quatre fois championne de France en cinq ans. Donc une des meilleures générations depuis des années et trois ans après, il n’y a plus personne. Ça me rend triste. Mon départ, ça fait partie de la vie mais voir partir autant de jeunes joueurs qui étaient prêts à tout donner pour le club sur le terrain, c’est dur. Deux ans après notre titre de champions de France Espoirs, on était plus que deux ou trois sur le terrain. C’est vraiment ce phénomène qui me rend le plus triste. J’ai eu la chance de jouer plusieurs années, mais je pense que plusieurs de mes copains le méritaient tout autant.

Vous arrivez dans un club avec un peu moins de pression populaire…
C’est vrai, je l’ai un peu ressenti. On verra en match, mais Mayol, quand tu butes, c’est à part. Dès que tu rates ou que tu fais une erreur, tu sens que les gens n’ont vraiment pas la même réaction que dans les autres stades. C’est vraiment bizarre. Tu sens que tout le stade réagit. J’ai vécu ça nulle part ailleurs.

On imagine que c’est formateur pour un buteur…
Si tu en loupes deux dans un match et que tu en as une troisième à tenter, tu y vas plus à reculons que dans un autre stade ! Ça fait partie de l’apprentissage et je suis content d’avoir vécu ça à Toulon. C’est quand même génial de jouer dans des stades comme ça. Ça m’a endurci.

Revenons à la question de la pression populaire…
Oui, Montpellier ce n’est pas Toulon. Ici, il y a déjà six sports en première division. Il n’y a pas la même pression qu’à Toulon, où le club est, entre guillemets, obligé de gagner pour faire vivre la ville. J’attends de voir les matchs quand même, car avec le titre, il y aura de plus grandes attentes. Le staff en a parlé quelquefois.

Avez-vous déjà repéré dans le calendrier les matchs opposant le MHR au RCT ?
Bien sûr. Les deux premières choses que j’ai regardées à la sortie du calendrier, c’était la date du premier match et les rencontres contre Toulon. Je connais les dates par cœur : on joue Toulon les week-ends du 10 novembre et du 4 février.

Comment appréhenderez-vous ce retour à Mayol ?
J’ai hâte. Franchement, j’ai hâte. Je le prends positivement parce que j’ai toujours connu le vestiaire de droite, et la partie d’échauffement de gauche, avec le public qui te pousse. J’ai hâte de découvrir Mayol en mode « pas chez toi ». J’ai envie de voir ce que ça fait d’être de l’autre côté.

Avez-vous une appréhension sur l’accueil que vous réserveront les supporters toulonnais ?
Non. Je ne sais pas si je suis confiant, mais je m’en moque un peu. Que j’aille à Perpignan ou à Toulon, on me sifflera de la même manière. Cela ne changera pas ma routine, ni le fait que cela fait partie du jeu. Je n’ai pas peur du tout. Que leur réaction soit bonne ou mauvaise, cela ne change rien.

Vous êtes droit dans vos bottes, vous avez tout donné avec le RCT ?
C’est ça. J’ai tout donné au RCT, je savais ce que j’avais à y faire et aujourd’hui je suis à Montpellier.

On comprend, entre les lignes, que votre histoire avec le RCT n’est pas finie…
C’est sûr qu’un jour ou l’autre, je reviendrai chez moi. Mais comme je vous le disais tout à l’heure, je sais quand je suis parti mais je ne sais pas quand je vais y revenir. Pour le moment, je ne suis plus à Toulon et on verra quand j’y retournerai. Mais ça reste chez moi et c’est là où je vivrai plus tard.

Lors du premier match amical, vous avez fait glisser l’habituel ouvreur Paolo Garbisi au poste de premier centre, comment votre association a t-elle fonctionné ?
On s’entend bien avec Paolo. On échange beaucoup sur le terrain : dès qu’il peut prendre le poste de 10, il le fait et pareil pour moi en 12. Il n’y a pas souci : dès que l’un est placé, il annonce et il prend l’attaque. C’est bien d’avoir deux ouvreurs sur le terrain, d’autant qu’il est gaucher et que je suis droitier donc cela nous ouvre beaucoup d’options de jeu : sur les sorties de camp, ainsi que sur les coups de pied de « chasse », c’est important pour tromper l’adversaire. Et avec deux numéro dix, la compréhension du jeu est plus rapide, c’est un atout pour l’équipe. Il y a aussi une grosse concurrence au centre. À ces deux postes, on tournera dans l’année. Pour le moment, le staff semble privilégier cette option.

Vous avez aussi fait la connaissance de Louis Foursans ?
Oui, on rigole beaucoup avec Louis, et on échange pas mal. On a à peu près les mêmes délires dans la vie.

Décaler des ouvreurs au poste de 12 est votre spécialité, puisque vous l’aviez déjà fait en moins de 20 ans avec Romain Ntamack…
(rires) C’est vrai, mais je peux tout à fait jouer 12 aussi, j’en serais très content. Ce n’est pas de mon fait, c’était un choix des staffs. Comme vous l’avez dit on ne m’a jamais décalé mais encore une fois quand on est deux ouvreurs sur le terrain, les choses changent, le poste est doublé. On fonctionnait comme ça avec Romain, et ce sera pareil avec Paolo et Louis. Moi, j’aime jouer avec deux numéros dix.

Vous avez buté lors du premier match amical, comment vous êtes vous répartis ces responsabilités avec Paolo Garbisi ?
On s’est répartis les choses par rapport à nos points forts respectifs pour aider l’équipe au maximum et nous retirer ces petites choses qui ajoutent de la pression. On fait selon la longueur, notre pied d’appui… Certains ont entre deux et sept mètres de longueur par exemple. On se répartit les pénaltouches selon le côté et notre pied de frappe, des petites choses comme ça.

Est-ce qu’à chaque début de saison, vous vous fixez l’objectif de terminer dans les meilleurs réalisateurs du Top14 ?
Pas forcément… pour être meilleur réalisateur, il faut déjà jouer tous les matchs. Quand on a de la concurrence, on tourne davantage. Ce qui m’importe beaucoup avant le début de chaque saison, c’est d’aider l’équipe à gagner des matchs. J’ai un esprit de compétiteur et je veux bien faire les choses. En faisant ça, j’aide mon équipe à se rapprocher de la victoire.

Avez-vous des objectifs numériques, ou statistiques ?
J’essaye de ne pas m’en fixer, car cela dépend de beaucoup de facteurs. Bien sûr, en tant que buteur on vise au minimum 80 % de réussite à la fin de l’année. Sinon, c’est énervant…

Venons-en à l’équipe de France. La Coupe du monde approche, sentez-vous l’excitation monter autour de vous ?
Pas vraiment, je n’ai pas l’impression que ce sera déjà l’année prochaine, alors que cela va arriver très vite. Pour l’instant, je suis vraiment focalisé sur mon club et mes performances car c’est ce qui importe le plus aujourd’hui.

Et vous, sentez-vous que l’on entre dans une année décisive ?
Bien sûr, car les performances en club seront très importantes pour établir une certaine hiérarchie en équipe de France. C’est toujours comme ça : ce sont les joueurs en plus grande forme qui partent à la Coupe du monde. Cette année va plus compter que d’autres.

Quel bilan tirez-vous de vos passages en équipe de France sur les 18 derniers mois ?
Mes débuts ont été un peu timides. Mais maintenant, j’ai appris. J’ai traversé une petite période compliquée mais je suis content de l’avoir traversée car je sais aujourd’hui quoi faire pour l’affronter si elle se renouvelle. J’ai tiré beaucoup de positif de ce passage, et je suis plus fort mentalement.

Vous parlez de quelle période ?
Le début de la saison écoulée, où nous avons été dans le dur avec Toulon. Et je n’ai plus été sélectionné pendant un moment en équipe de France, aussi. Mais ce que j’ai vécu en club comme en sélection m’a endurci. Et je ne referai plus les mêmes erreurs, je resterai moi-même.

Vous aviez tendance à ne plus l’être ?
C’est délicat à expliquer, mais je ne faisais pas les choses qu’il fallait pour être moi-même sur le terrain. Cela m’a endurci, et j’espère pouvoir un jour reporter le maillot de l’équipe de France pour montrer que j’ai grandi.

Vous avez également vécu une parenthèse enchantée avec les Barbarians Britanniques qui, sous la houlette du sélectionneur Fabien Gatlhié avec une forte colonie tricolore, ont vaincu largement l’Angleterre à Twickenham…
C’était fou. Franchement, c’était incroyable. Si les gens savaient la semaine qu’on a passée, ils ne le croiraient pas. On a dû sortir cinq soirs sur sept. Bon, après il faut préciser qu’on a affronté une équipe d’Angleterre remaniée… mais le rendu qu’on a eu sur le terrain était incroyable. On a été tellement soudés toute la semaine que le jour du match, il était hors de question que l’on passe pour des pitres. Ca nous a galvanisés. Twickenham, c’est un stade mythique. On se sent tout petit quand on y rentre, mais cela s’est bien passé pour tout le monde et pour moi, donc on était contents.

Vous n’avez pas joué lors de la tournée au Japon, comment l’avez-vous vécu ?
Je l’ai bien vécu car c’était mon retour officiel en équipe de France. J’étais très heureux de retrouver le groupe et d’avoir l’opportunité de montrer mon renouveau, de montrer quel joueur je suis vraiment à l’ensemble du staff. Après, c’est toujours un peu frustrant : on est animé par le jeu, on veut jouer. Mais je n’en ai retiré que du positif et c’est ainsi que je veux penser maintenant.

Il y a de nombreux demis d’ouverture performants en France à l’heure actuelle, les places risquent d’être chères…
En effet. Mais je pense que la hiérarchie peut être ouverte, il faut juste montrer à tout le monde que tu le mérites. Il faut faire les efforts pour y être. Rien n’est fermé et on sait que dans le haut niveau, tout peut vite basculer.

N’était-ce pas risqué de changer de club à un an de la Coupe du monde ?
On peut le considérer, mais je ne trouvais pas. Si tu fais des belles choses dans un club, tu peux les faire ailleurs. C’est à moi de m’intégrer rapidement à Montpellier et d’être performant pour mettre toutes les chances de mon côté.

Que représente cette Coupe du monde pour vous ?
J’ai eu la chance de vivre une toute petite Coupe du monde en France avec les moins de 20 ans, et quand j’ai vu l’engouement populaire autour de la compétition alors qu’il ne s’agissait que des jeunes, je me suis dit direct après que mon rêve serait d’en jouer une en France avec les séniors. C’est une opportunité qui ne se présente qu’une fois dans une carrière. Ce serait magnifique d’intégrer le groupe. Ca va être très compliqué, mais c’est à moi de tout donner.

Essayez-vous, au fond de vous, de vous préserver d’une éventuelle déception de ne pas y être ?
Non, non. Je vais me donner à fond et prendre le pari de donner le maximum pour Montpellier et d’être au top pour espérer jusqu’au bout. Je ne suis pas du genre à m’économiser. Si ça ne marche pas, ce sera mérité et je ne pourrais m’en prendre qu’à moi-même.

Sur un plan plus personnel, est-ce que le nom de votre papa à été dur à porter à Toulon ?
Non, parce que mon père n’a pas non plus été une superstar. Ce qui était délicat, c’est qu’en jeunes on dit toujours que c’est le « fils de »… Mais je n’en ai jamais souffert parce que j’ai toujours été habité par mon rêve : devenir rugbyman professionnel. J’ai eu la chance d’avoir un papa qui comprend très très bien le rugby. Et en plus, il restait en marge du rugby, dans le sens où il n’avait pas que ça dans la vie. Il a toujours été au top avec moi, et m’a permis d’avoir un petit temps d’avance sur les autres, grâce aux conseils qu’il me donnait. C’est un sacré atout d’avoir quelqu’un comme ça la maison. Mais il m’a toujours répété qu’il fallait que je travaille plus que les autres. Rien qu’entendre ça, ça te pousse au quotidien.

Est-ce qu’il vous chambre avec ses deux titres de champion de France ?
Pas du tout ! Bizarrement, il déteste parler du passé. Il ne parle que rarement de sa carrière rugbystique.

Vous débriefez toujours les matchs ?
Bien sûr, depuis tout petit, on débriefe tous les matchs ensemble. Il me dit toujours son ressenti, que ce dernier soit bon ou mauvais. Il lui arrive d’être dans l’excès : parfois j’ai l’impression d’avoir fait un bon truc, et il trouve que c’est très mauvais. Mais c’est aussi ce qui me pousse à me remettre en question.

Qu’aimez-vous faire en dehors du rugby ?
J’aime sortir avec les copains, faire d’autres sports en mode plus décontracté comme du golf, de temps en temps. J’ai aussi décidé de prendre des cours d’anglais pour garder mon niveau. Je trouve que c’est très important dans la vie de tous les jours, et cela me sert aussi sur le terrain : en tant que numéro dix, je me dois de bien communiquer avec tous les joueurs, y compris les anglophones.

Vous regardez beaucoup de rugby en dehors de votre quotidien de professionnel ?
Oui, trop même ! Je regarde tous les matchs, du moins dès que je peux. Je rate très rarement des matchs de rugby. Je le fais par passion, parce que j’adore. Et aussi parce que je veux connaître le style de chaque équipe, comment elle joue, pour connaître les joueurs. Mais cela reste du plaisir. Je suis aussi les résultats amateurs des équipes locales de Toulon. Désormais j’irai moins les voir mais je me rendais souvent à Solliès-Pont pour y voir jouer mon cousin, à La Valette, au Mourillon à La Seyne ou à Hyères.

https://www.midi-olympique.fr/2022/09/14/carbonel-ici-jai-tout-a-prouver-10540938.php

.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

S'inscrire

spot_imgspot_img

A découvrir aussi
Toute l'info à Béziers

Chronique Culinaire S2 EpP2

Cet article est paru en premier sur Youtube TV Sud Béziers

L’instant Mam Philippe Uminski part 1

Loin d'être un inconnu dans le métier, réalisateur, arrangeur, remixeur, musicien et compositeur pour bon nombre d'artistes de renom dont Archive, La Grande Sophie, Calogero... Philippe Uminski nous offre un moment de partage et d'échange musical. Cet article est paru en premier sur Youtube MAM Béziers

Oyonnax

Cet article est paru en premier sur Youtube Rugby Club Béziers

Le Palmarès d’Antoine Genton – C l’hebdo

Pièces jaunes, Brigitte Macron, Megan Markle.... Chaque semaine Antoine Genton revient sur les faits qui ont marqué l'actualité. Cet article est paru en premier sur l'INA Youtube