Gers : les championnats de France d’ULM entre père et fils

Ce samedi commence le championnat de France d’ULM. Une compétition ouverte aux 16 000 licenciés qui s’affronteront lors de trois épreuves. Un binôme de choc, Jean-Claude et Victor Aynie se lancent en famille dans ce championnat. Portrait.

Si cela ne tenait qu’à lui, Jean-Claude Aigné ne se serait pas lancé cette fois-ci dans les championnats de France d’ULM à Auch.

Le soixantenaire s’est inscrit au concours pour partager sa passion avec son fils, Victor, 25 ans.
C’est la première fois qu’ils participent en binôme à ce championnat. Jean-Claude sera aux manettes, Victor en tant que co-pilote.

Nous n’avons pas de réels objectifs, on ne s’est pas entrainé. C’est pour faire une activité avec lui. L’idée, c’est vraiment de partager un moment avec mon fils 

Jean-Claude Aynie

Des passionnés d’aviation

Jean-Claude Aynie ne sait plus à quand remonte cette passion pour les avions. Il aime ça depuis toujours.

Il commence sa carrière en tant qu’instructeur à l’aérodrome d’Auch puis se lance et ouvre son école de pilotage en 2007 à Saint-Clar, toujours dans le Gers. Il concourt aux championnats de France d’ULM en 2008 et en 2016. Il finit deuxième les deux fois. Il accède donc au championnat du monde et termine 9e la première fois et 12e la seconde fois.
Victor, lui est contrôleur à l’aérodrome d’Auch.

J’ai toujours aimé les avions. A force d’en parler, mon fils a voulu essayer. Il a commencé il y a 3 ans. C’est pour lui que je fais ces Championnats de France cette année.

Jean-Claude Aynie

Des épreuves de haut vol

Pour ces championnats de France d’ULM, le père et le fils forment une équipe. A bord de leur avion, ils s’envoleront trois fois pour les trois épreuves.

La première, en moins de dix minutes : la maniabilité.
Le jury évaluera leur atterrissage… moteur éteint.
Les détails seront délivrés par l’organisateur juste avant l’épreuve. L’altitude, choisie par l’organisateur, pour couper le moteur sera comprise entre 300 et 500 mètres. Une épreuve qui ne fait pas peur au binôme.

« C’est pareil pour nous. L’altitude est choisie en fonction de l’infrastructure du site… pour des raisons de sécurité » raconte ce père de famille.

La deuxième est plus technique. Le jury évaluera leur navigation.
Pendant trois heures environ, les deux acolytes effectueront un parcours bien précis. Victor sera chargé, à l’aide d’une carte et d’un compas, de guider son père pour relier les points demandés. Leur boîte noire se chargera d’enregistrer le tracé qui devra être le plus précis possible.

Enfin, la dernière épreuve concerne l’économie d’essence.
Pendant environ une heure, avec le même poids de carburant, les 150 pilotes devront parcourir le plus de distance possible.

« On nous évalue sur nos capacités à exploiter le courants qui montent et à maitriser le vent », explique Jean-Claude Aynie.

7 jours de compétition

Le père et le fils s’envoleront aujourd’hui pour rejoindre l’aéroport d’Auch-Gers dans leur tout nouveau ULM skyranger. Les compétiteurs viennent de toute la France : 150 pilotes, 120 avions survoleront la région Occitanie. La compétition qui est organisée depuis 40 ans commence demain et s’achèvera le 16 juillet en présence du public qui est la bienvenue.

S’il veulent défendre les couleurs de la France pour les prochaines compétitions internationales, Jean-Claude et Victor Aigné devront obtenir l’un des douze titres délivrés.

Source

Article précédentAGENT D’ENTRETIEN – Cap d’Agde
Article suivantTÉLÉTRAVAIL

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

S'inscrire

spot_imgspot_img

A découvrir aussi
Toute l'info à Béziers

LA BELLE AUX BOIS DORMANT

Cet article est paru en premier sur Youtube Mairie de Béziers

Une boulangerie inondée à cause des intempéries à Villeneuve-lès-Maguelone

De fortes pluies sont tombées cette nuit sur le département de l'Hérault. Une boulangerie a été inondée à Villeneuve-lès-Maguelone, dans le boulevard des Fontaines. Sa gérante déplore le fait de n'être aidée ni par la mairie de sa commune, ni pas la métropole.

Les salariés des Carrefour Market de Toulouse en grève pour l’augmentation de leur “prime Macron”

Après le personnel des entrepôts de la marque Carrefour mobilisés depuis plusieurs jours en région toulousaine, ce samedi matin les employés commerciaux manifestent devant le Carrefour Market de Tournefeuille (Haute-Garonne) à l'appel du syndicat FO. Ils ne se satisfont pas du montant de 100€ de la "prime de partage de la valeur" (prime Macron) octroyée par la direction.

Nettoyage Canal du Midi

Cet article est paru en premier sur Youtube TV Sud Béziers